Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway, deux géants de la littérature américaine sont réunis dans un même documentaire, ce soir sur France 5 .

Un film d’une exigence et d’une intelligence rare. Signé d’un grand réalisateur, Claude Ventura. À l’image, les archives de la « génération perdue », ces écrivains américains aimantées par le Paris des années 1920. Photos et premières vidéos de la Rivera, de l’Espagne, de la Floride et d’Hollywood. Mais surtout, les lettres qu’échangèrent les deux hommes, celles qu’ils adressèrent chacun à leur éditeur commun. Filmer le papier épais, jauni, leur mot, leur calligraphie. Ou comment l’écriture manuscrite, au-delà de la trace, se met à incarner l’écrivain disparu.

Et puis, il y a ce qu’ils se sont écrit. D’une violence inouïe. Passionnant et déchirant à la fois. À la hauteur de ce qu’ils se sont aimés, trahis, lâchés, sermonnés, jalousés. Fitzgerald est de trois ans l’aîné d’Hemingway. Avec sa femme, Zelda, il court les palaces de la Rive Droite, jette les billets de cent dollars dans les fontaines de champagne. Rive Gauche, Hemingway vit misérablement. Leur rencontre, au Dingo Bar de Montparnasse, date de 1925. Coup de foudre immédiat. C’est Fitzgerald qui fera publier Hemingway, corrigeant son premier roman avec une dureté sans concession. Hemingway lui doit tout. Ébloui par le futur auteur de Gatsby , il voit en lui poindre les démons qui l’anéantiront.

Car Fitzgerald est mort à 44 ans. Endetté, abandonné de tous après ces années ruinées par la dépression et l’alcool. Hemingway, lui, s’avance vers le Prix Nobel de littérature. Les courbes se sont inversées. Les lettres de l’un disent la descente aux enfers, les sursauts d’orgueil, l’amertume, la rancœur empreinte d’une triste lucidité. Les lettres de l’autre sont des suppliques à l’écrivain pour que, du travail, il retrouve le chemin. Des phrases extraordinaires sur ce que sont l’inspiration, le labeur et la création. Le doute et l’acharnement de l’artiste à construire son œuvre. Mais les missives d’Hemingway sont autant de coups de poignards. Elles portent l’ironie, la morgue, la revanche dégueulasse de celui qui a réussi.

Une fois le film fini, vous ne cesserez d’y repenser.

Fitzgerald / Hemingway : une question de taille , ce soir sur France 5 à 22h15

Fitzgerald-Hemingway : une question de taille
Fitzgerald-Hemingway : une question de taille © France 5
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.