Une fois par an, Sonia Devillers se rebelle contre le désert télévisuel.

"Le Parrain" de Francis Ford Coppola, avec Marlon Brando dans le rôle titre (1972)
"Le Parrain" de Francis Ford Coppola, avec Marlon Brando dans le rôle titre (1972) © Sipa / NANA PRODUCTION

Pour avoir l’idée de regarder Le Parrain quand il n’y a rien d’autre de regardable, vous n’avez pas besoin de moi. Pour regarder Le Parrain tout court, d’ailleurs, non plus. Pour l’écouter, encore moins, c’est tellement beau, mais ce sera toujours deux minutes que la radio n’aura pas tué pour rien.

Qui Nino Rota, dit Giuseppe Verdi et La Forza del destino.

Rotta, en 1963, avait déjà fait sien le maître de l’opéra italien, en adaptant l’une de ses valses dans Le Guépard de Visconti. Pour Le Parrain de Coppola, Rota ne s’inspire pas seulement de Verdi. Donizetti n’est pas loin.

Ce matin, j’ai fait grève en musique.

►AU PROGRAMME : Le parrain, c'est dimanche soir sur Arte, à 20h45.

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.