« Il n’y a pas de petits rôle » , c’est le mot d’ordre de cette série documentaire diffusée sur Youtube. No small parts , avec la polysémie du mot « parts » qui signifie à la fois « rôle » et « talent ». Série réalisée par un parfait inconnu dont le visage vous est pourtant familier : Brandon Hardesty. Abonné aux personnages de jeunes, joufflus, bedonnants et déconnants dans tout un tas de films que vous avez forcément vus. Vous ignorez tout, pourtant, de son nom et surtout, de son parcours. Il ne s’en sent pas moins un acteur à part entière et décide, en créant sa chaîne Youtube , de rendre hommage à sa famille professionnelle. Celle des gueules, des trognes que le cinéma et les séries ont tant de fois utilisées sans partager avec eux les miettes d’une notoriété qui ne revient qu’aux vedettes. Ce sont ces chauves excentriques, ces nains, ces mamies bourrues, ces échevelés édentés, ces ténébreux inquiétants que vous reconnaissez à la première apparition. « Ah mais oui ! C’est lui ! ».

Des visages inscrits dans la mémoire collective. Des regards, des voix, des mimiques chargées de souvenirs. Car c’est à vous, spectateur, que vous pensez plus qu’à eux, en les reconnaissant. Vous, à 12 ans dans une salle obscure, vous fans de Star Wars ou de films noirs, vous en famille devant la télé…

Et eux dans tout cela ? Hardesty tire leur portrait en une petite demie-heure de documentaire biographique consacré à chacun. Il y met beaucoup d’astuces, de tendresse, ainsi qu’une bonne dose d’intelligence sur l’histoire et les rouages d’Hollywood. Evidemment, ça n’est pas sous-titré. Mais moi qui parle anglais comme une patate, j’arrive à suivre, car le récit fort bien articulé est émaillé d’extraits et de photos.

Au-delà ces « personnages secondaires », au sens où l’entend une distribution de cinéma, de ces « silhouettes » pour emprunter au vocabulaire du casting, c’est une belle réflexion sur les leviers de la notoriété. Qu’est-ce qui fait qu’on vous connaît ? Quel est ce plafond de verre au-delà duquel le public accole un nom à votre visage ? C’est aussi, bien sûr, une interrogation profonde sur le métier d’acteur. Un comédien doit-il être reconnu au sens propre du terme ? C’est-à-dire identifié à travers à travers les atours du personnage qu’il sert ? Ambiguité de l’interprète qui incarne et en même temps s’efface derrière un rôle. Sauf qu’avec ces gueules-là, madame, difficile de se faire oublier.

No small parts , la web série sur les gueules de cinéma c'est sur Youtube

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.