L’Effet papillon , c’est l’émission de reportage de Canal+, habituellement c’est le dimanche après-midi et c’est exceptionnellement, en prime time, ce soir, pour une collection très futée.

Une idée à un bout de la planète et tous les changements qu’elle entraine à l’autre bout du monde. Dans des pays où l’on n’aurait jamais pensé observer le ricochet.

Et ce n’est pas encore et encore la face cachée qu’on va vous dévoiler : pas le travail des enfants qui fabriquent vos vêtements ou ni l’agonie des orangs-outans qui s’accélère à chacune de vos cuillères de Nutella. Non, L’effet Papillon filme des réalités plus mouvantes, plus difficiles à appréhender : des sociétés qui se transforment, des mentalités qui changent, des rapports humains qui se réinventent. Toujours, évidemment et sans faux-semblant, sur le fil ténu qui sépare le progrès de la casse sociale.

Daphnée Roulier demeure le fil conducteur de ces mises en perspectives. La voici partie à la rencontre des sorciers du portable. Ces entrepreneurs précoces, visionnaires, cools et cyniques, inventeurs d'Uber , AirBNB, BlablaCar, Tinder .

Découverte des bureaux immaculés dans de grandes capitales occidentales. Or, chacune de ces applications, simple clic sur nos smartphone, prend un tout autre relief au Vietnam où l’on partage tous azimuts des voitures alors que personne n’en a jamais possédées ; au Kenya où les Massaï paient leur chèvre par transfert d’argent téléphonique en pleine brousse quitte à grimper trois quart d’heure durant jusqu’au sommet de la colline pour trouver du réseau (la séquence est irrésistible); en Israël où une application de rencontre tente de percer le mur et les préjugés qui empêchent Juifs et Palestiniens de se fréquenter ; à Cuba où les habitants se font plus d’argent en louant leur logement qu’en travaillant.

Le monde comme un Rubik’s cub, les battements d’ailes de la modernité et de ses systèmes économico-sociétaux enchevêtrés. Et cette asymétrie vertigineuse. D’un côté, un mec, entrepreneur milliardaire. De l’autre, des milliards de gens dont la vie change définitivement.

__

L’effet papillon« Les sorciers du portable », c’est sur Canal+ à 20h55

Jawar Nadi teste les applications de rencontre en Israël
Jawar Nadi teste les applications de rencontre en Israël © Canal +
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.