Ce matin vous ne conseillez pas une émission de télé, vous nous proposez de la regarder à votre place.

  • C’est un petit service que je vous rends, car le programme fait beaucoup parler, mais qu’il est méga tarte. Or, la vie est méga courte. D8 s’est procuré « Man versus wild », le show d’un type qui se fait appeler Bear Grylls. Il est entré à 23 ans au Guiness Book des records pour son ascension de l’Everest.
Barack Obama s'est adressé à la nation depuisle bureau ovale
Barack Obama s'est adressé à la nation depuisle bureau ovale © MaxPPP/EPA/Pool/Saul Loeb

Il en a aujourd’hui 40. Son truc, c’est d’emmener – sous l’œil des caméras - une célébrité crapahuter dans les pires recoins de la planète, munie d’une gourde, d’un couteau et d’une pierre à feu. Et devinez un peu qui s’est prêté au jeu de la survie en milieu hostile ? Barack Obama him-self, en Alaska ! On va tâter du glacier qui recule et prêcher la lutte contre le réchauffement climatique en chaussures de rando. A l’heure où Donald Trump prétend qu’il s’agit-là d’une invention des Chinois, la télé-réalité serait donc le seul moyen de convertir à l’écologie le péquin américain qui ne croit qu’en Dieu, son flingue et son 4x4.

Seulement voilà, on est en plein territoire des ours ! Conseil de Bear (ours en anglais) Grylls lorsqu’on tombe face à un plantigrade : faire du bruit, se grandir, se donner des airs d’autorité, s’éloigner à reculons sans jamais rompre le contact visuel. Rassurez-vous, le président des États-Unis ne risque pas grand-chose. Pour le tournage, la US Air Force avait bouclé l’espace aérien, installé des snipers sur tous les sommets alentour et même imposé un goûteur.

Il s'ensuit qu’on fait du feu comme dans les pubs Herta – ne passons pas à côté des choses simples – qu’on échange des propos "miévrasses" et qu’on demande au Seigneur de nous pardonner nos péchés. On apprendra quand même que Michèle Obama fait plus peur qu’un Grizzly quand elle pique une colère, que la Maison Blanche interdit de filmer le président en train de manger, que Barack n’a pas de Smartphone (trop facile à localiser), qu’il ne sait pas faire de selfie et que l’on peut boire ses propres urines quand elles sont bien claires, c’est à dire quand on est suffisamment hydraté. On ne sait jamais, ça peut servir.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.