Une chaîne Youtube interroge des personnalités sur les vidéos Youtube qui les ont le plus marquées.

Capture vidéo de "Tu tubes ?! #12" - Jok'air 🙊🐰" faite le 21/03/2017
Capture vidéo de "Tu tubes ?! #12" - Jok'air 🙊🐰" faite le 21/03/2017 © Tu tubes ?!

Cela a l’air neu-neu et ça l’est un peu, comme tout bon programme Youtube bricolo-crado qui se respecte. La chaîne s’intitule « Le Club », l’émission s’appelle « Tu tubes ?! ». Deux gus s’invitent chez des DJ, des chanteurs, des humoristes, des Youtubeurs aguerris. S’en suit une grille de questions type sur les vidéos qui les ont le plus marqués, les plus influencés sur le web. Il en sort quoi ? Une tentative décousue d’anthologie de la vidéo sur internet. Et il se dessine quoi ? Une culture, tout simplement, qu’une moitié de l’humanité a, l’autre pas.

Le type en short qui répète 20 fois « Allez, viens ! », dans sa cambrousse : visionné des millions de fois. Le chien qui dort, agite ses pattes en rêve et se prend un mur au réveil. Le petit garçon chinois, très gros, très joufflu, qui danse. Les parodies de « Gangsta Paradise », transformé en « Hamish paradise ». Les vannes de Poulpe (c’est un être humain), le spleen de Solange, les bidouilles des conspi. Le « salut » de Sardou. La dernière captation d’Elvis. Et autres bizarreries ou séquences d’anthologie qui, sans internet, n’auraient jamais émergées au niveau planétaire ou qu’avant, on n’avait pas les moyens de voir, de revoir et de faire voir.

Je sais. Finkelkraut est furax. Il appelle ça « la défaite de la pensée », l’idée que la culture ne se hiérarchise plus, que toute production peut être qualifiée de culturelle au même titre qu’un œuvre patrimoniale.

Oui, on n’en peut plus du grand fourre-tout médiatique paresseusement baptisé pop-culture. Oui, il est des formes d’expression qui ne font que ratifier l’air du temps, d’autres qui inventent des horizons artistiques et théoriques singuliers, jamais égalés.

N’empêche. Un jour, ce substrat numérique mouvant fait de détournements, de fragments, d’impros ou au contraire d’une grammaire aussi maitrisée qu’en apparence elle semble décontractée, sera répertorié, fléché, documenté, archivé. Parce qu’il constitue un ensemble de signes verbaux et visuels qui imprègne et distingue un groupe social. Parce qu’il crée des souvenirs communs, un lien. Parce qu’il est le lieu d’élaboration d’une langue, d’une pensée, d’une forme de création. Parce qu’il y a une culture de la vidéo internet donc, parce qu’elle a son histoire, ses dates clés et ses propres processus de légitimation. Parce que ne pas s’y intéresser, c’est passer à côté d’une génération qui joue à piller la culture avec un grand C, à la martyriser, à se l’approprier. Y a de quoi se marrer. On ne va pas pleurer.

"Tu Tubes?!", la culture Youtube par Le Club.

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.