Hanouna, ou Baba, pour les intimes, c’est le visage, tantôt surex, tantôt fumasse, que réclament chaque soir un million et demi de téléspectateurs.

Touche pas à mon poste en direct de Boulogne-Billancourt
Touche pas à mon poste en direct de Boulogne-Billancourt © Maxppp / PHOTOPQR/LE PARISIEN

Baba, c’est aussi le pote numérique de trois millions neuf cent mille personnes qui reçoivent ses blagues et ses mots doux à jet continu sur Twitter.

Baba, c’est le très vieux surnom de Cyril Hanouna qui, jusqu’à présent, célébrait chaque saison en prime time l’anniversaire de Touche pas à mon poste, son émission-phénomène.

Hanouna a passé un cap, la télévision française aussi. Pour la première fois, c’est à l’anniversaire de Baba, donc de lui-même, qu’il invite carrément les gens. Et la chaîne d’en faire une soirée spéciale.

Sachant que le même Baba annonce pour bientôt un marathon de 35 heures de direct sur C8, on pourrait gloser à l’infini sur l’ultra-personnalisation d’une antenne, virant immanquablement au culte de la personnalité. Un peu comme les gens qui croient que les selfies ne traduisent que le narcissisme de notre société ; ce serait raté. Ce serait, avec Cyril Hanouna, passer à côté d’une toute nouvelle télé. Une télé 2.0. Une télé qu’on ne pourra plus jamais dissocier des réseaux sociaux. Une télé dont l’enjeu n’est plus la starisation de son animateur, mais le partage qu’il fait de lui-même avec le téléspectateur. D’égal à égal. Ma vie c’est ta vie. Vos vies font la mienne.

Hanouna casse la baraque. Je ne parle pas de son succès, mais d’une idée de la télévision qu’il démolit jour et nuit à coup de hache. Fin de l’animateur en majesté qui parle du haut de son micro. C’est, en direct, pile à hauteur de public qu’il se place, les yeux dans les yeux, tweetant au réveil, au coucher, sans cesse le week-end, déballant à l’antenne - et sur les réseaux – toute la vie de son émission et de ceux qui la font.

Il est fort, Hanouna, très fort. Même s’il se sert de tout ça pour charrier de la connerie, cet homme réinvente le média de masse. Car il réinvente la notion même de masse et surtout, sa fonction.

Que vous le vouliez ou non, sur Facebook, votre anniversaire est un événement auquel tous vos amis virtuels sont invités à participer. Et les 42 bougies de Baba ce soir, c’est ça : c’est la télé devenue point de ralliement physique d’une gigantesque communauté numérique qui vit au rythme d’Hanouna. Cela m’impressionne, et il y a de quoi. Bon anniversaire, Baba !

Touche pas à mon poste fête l’anniversaire de Baba, c’est ce soir sur C8 à 21h.

L'équipe

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.