Par Charline Roux

Une histoire de pouvoir, de corruption, de vengeance et d’argent, de beaucoup d’argent, impliquant une organisation tentaculaire aux pratiques aussi opaques que douteuses. Non, ce n'est pas un documentaire sur la mafia, mais bien sur la FIFA.

Planète FIFA sur Arte
Planète FIFA sur Arte © Radio France

Le journaliste Jean-Louis Perez a enquêté sur les origines de cette association à but non lucratif, créée en 1904, sans beaucoup de moyens et dont le but était de mettre le football au service de la paix, pour arriver de nos jours à une multinationale, dont les réserves s’élèvent à 1,5 milliard de dollars... au service de… ses membres ! La paix c’est tellement surfait !

Tout ou presque y est relaté, des débuts bien intentionnés, aux années durant lesquelles la géopolitique selon la FIFA était assez proche de celle d’OSS117 pour finir par entrer de plein pieds dans un bassin rempli de requins.

Parmi les intrigants personnages que l’on croise dans le documentaire, Joao Havelange , élu président de la FIFA en 1974 , c’est lui qui décidera de faire payer la diffusion des compétitions aux chaînes télé, alors en plein essor… et aura l’excellente et lucrative idée d’associer le foot à des marques, parmi lesquels un géant du soda et un célèbre équipementier sportif, par le biais de son patron, Horst Dassler, le biographe d’Havelange, Ernesto Rodriguez, explique dans cet extrait comment s’effectuaient alors les transactions.

Le même patron d’Adidas, Dassler, qui créera par la suite ISL une société chargée d’acheter les droits de la FIFA pour les revendre aux télés en prenant une petite com et en écrasant toute éventuelle concurrence en graissant la patte de certains membres de la FIFA.

Quant à Havelange, il terminera son règne en 1998 pour laisser sa place à Sepp Blatter, la suite on la connaît…

L’élection du prochain patron de la FIFA aura lieu ce vendredi.

►►► Planète FIFA c’est ce soir à 20h55 sur Arte

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.