Deux documentaires, quatre longs-métrages, une série inédite... Sonia Devillers dresse la liste des programmes à regarder ce soir à la télévision. Il y en a pour tous les goûts !

Image tirée du film "A bout de souffle"
Image tirée du film "A bout de souffle" © Getty / Walter Daran

On commence par le portrait de Jean-François Copé, sur France 3, à 21h50. En voilà un qui n’aura pas droit au moelleux canapé de Karine Lemarchand, pas droit donc, à la mise en valeur suave de son ambition dite « intime ».

Et comment s’appelle le documentaire de France 3 consacré au candidat ? L’ambition contrariée de Jean-François Copé. Voilà comment on passe de l’intimité à la contrariété ou plutôt de l’interview lèche-pompe au travail d’une journaliste politique capée : Nathalie Saint-Cricq.

Les présidentielles françaises vous fatiguent déjà ? Toujours sur la 3, à 22h45, Hillary Clinton, la femme à abattre. On est un peu déçu. Mais attention, déçu parce que la barre est très haute. A la manœuvre, l’un des meilleurs documentaristes français : William Karel. Et surtout, l'un de ceux qui a consacré le plus de films à la Maison Blanche.

Et pour interviewer la future présidente des Etats-Unis Karel s'est fait aider de Carl Bernstein, la légende vivante du journalisme d’investigation, celui qui a révélé le Watergate dans les colonnes du Washington Post. Rien que ça.

Marre de la politique politicienne ? J’ai ce qu’il vous faut !

Une super soirée espionnage, à la sauce guerre froide, sur Arte. En couleur, d’abord, avec La Taupe, interprétée par Gary Oldman. En noir et blanc ensuite, L’espion qui venait du froid avec le grand Richard Burton. Quatre heures de paranoïa aiguë. Sur écoute, s’il vous plaît. Rassurez-vous, il y a le même en complètement désinhibé et pas capable de parler à voix basse sur C8 : OSS 117, le Caire nid d’espion.

Et si vous voulez une révolution de palais qui éclate franchement de folie et de lumière, abonnez vous à Canal+, c’est moins cher et plus souple qu’avant. Vous y verrez une des séries les plus inventives, les plus décoiffantes, les plus somptueusement tournées de la rentrée, The Young Pope. Alliage subtil d’humour et de perversion, de beauté et de transgression. Le pape clope au bec et Ray-Ban, c’est Jude Law. Le réalisateur, c’est Paolo Sorrentino.

Si vous n’êtes toujours pas satisfait, on décarre sur France 5. Cheveux courts à la Jean Seberg, feutre mou à la Bebel, on s’envoie en l’air et on vend le New York Herald Tribune rue Campagne Première. A bout de souffle, 20h55, petit polar, premier film de Jean-Luc Godard. Une merveille.

Regardez la chronique de Sonia Devillers en vidéo

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.