Dorothée Barba recommande un téléfilm diffusé ce lundi à 22 heures sur LCP : 'La loi', avec Emmanuelle Devos dans le rôle de Simone Veil.

"La loi", avec l'actrice Emmanuelle Devos, interprétant l'ancienne ministre Simone Veil.
"La loi", avec l'actrice Emmanuelle Devos, interprétant l'ancienne ministre Simone Veil. © Bernard Barbereau pour France Télévision

Parce que rien n'est jamais acquis pour de bon. Parce que le droit des femmes à disposer de leur corps est précieux. Il est bon de se rafraichir la mémoire, de se souvenir comment la loi autorisant l'interruption volontaire de grossesse a été votée en novembre 74 après des débats violents au Parlement, puis adoptée en 75.

► ECOUTEZ AUSSI | Jacques Chancel recevait Simone Veil dans Radioscopies le 6 mai 1975, c'était sur France Inter, réécoutez-les

Les débats récents autour du délit d'entrave, pour les sites internets anti-IVG qui prétendent informer les femmes sur l'avortement, a montré à quel point le sujet était toujours sensible aujourd'hui, plus de 40 ans après. Et ce sont sans doute ces mêmes débats qui ont fait grimper Simone Veil à la deuxième place dans le classement des personnalités préférées des Français, dévoilé ce week-end par le JDD. Deuxième, juste derrière Omar Sy ! Pour une ancienne ministre à la réputation austère, retirée depuis longtemps de la vie politique, chapeau ! Elle est même passée devant Jean-Jacques Goldman.

Ce téléfilm de Christian Faure est sorti en 2014. Pourquoi selon vous faut-il se rattraper si on est passé à côté ?

Pour Emmanuelle Devos, qui est vraiment bluffante de réalisme, dans les tailleurs et chignons de la ministre de la santé en 74. La comédienne s'est plongée dans les images d'archives pour incarner au mieux le personnage et son aura.

Mais surtout parce que ce film est une formidable leçon de stratégie politique. Quand elle porte ce projet de loi pour légaliser l'avortement, Simone Veil est une magistrate aguerrie, mais elle est novice en politique. Elle est en minorité dans son propre camp, à droite, qui est largement hostile à l'avortement. Joli défi que de mettre en image les tractations politiques, et ça fonctionne bien. On voit la ministre négocier pied à pied avec la gauche, avec les représentants de l’Église. Encaisser les insultes antisémites, aussi. Tenir bon quand on la compare aux nazis, elle la rescapée de la Shoah qui a perdu une bonne partie de sa famille dans les camps.

Le coup de génie à l'époque, c'est de légaliser l'avortement pour des raisons de santé publique, pour que cesse le drame des avortements clandestins, et non pas avec des arguments féministes : c'est ce qui oppose Simone Veil à Françoise Giroud, mais c'est ce qui va lui assurer la victoire.

Une déception toutefois, sur ce film : le discours de Simone Veil devant l'Assemblée Nationale, pour présenter sa loi, a été largement raccourci. Évidemment, il était long et ce n'était pas possible de tout garder. Mais de là à n'en laisser que si peu, c'est dommage. Heureusement, il reste ce passage, savoureux mélange d'ironie et de dramaturgie :

Je voudrais tout d’abord vous faire partager une conviction de femme - je m’excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d’hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit d’écouter les femmes.

La loi, le combat d'une femme pour toutes les femmes. Téléfilm de Christian Faure, avec Emmanuelle Devos, ce soir à 22h sur LCP, la chaîne parlementaire.

La chronique en vidéo

► ECOUTEZ AUSSI | La Loi Veil, un combat pour la liberté - Une émission d'Affaires sensibles présentée par Fabrice Drouelle

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.