Shia Labeouf, connu pour ses excentricités et ses actions vidéo, a planté une caméra le 20 janvier dernier dans le Queens à New York. Il a été arrêté ce matin par la police.

Capture écran de la performance de l'acteur Shia LaBeouf
Capture écran de la performance de l'acteur Shia LaBeouf © Shia LaBeouf

Depuis le 20 janvier (le jour de l'intronisation de Donald Trump en tant que 44e président des USA), une caméra tourne jour et nuit. Cri de ralliement : « He will not divide us » (« il – c’est Trump - ne nous séparera pas »). A chacun de le dire, de le crier, de le sourire, de le vomir, comme il veut. La performance, conçue comme acte de résistance, est prévue pour durer les qutre prochaines années.

Shia Labeouf a commencé en hurlant son incantation devant les passants médusés. Un facho s’est pointé, voulant perturber l’événement, suivi en temps réel par des internautes du monde entier. Commence alors une danse cannibale glaçante, l’acteur hurlant son slogan dans la nuque de son adversaire et faisant mine de le dévorer. Le ton était donné.

Hier, pleine nuit, trottoirs gelés à New York, un black, emmitouflé dans sa parka, scandait la phrase avec ses baguettes de batterie. Dans la matinée, il était remplacé par un type en manteau de fourrure blanche qui chantait la chose à tue tête. Avec lui, une sorte d’avatar féminin de Boy George, nous invitait à manger des brocolis. Puis, un gars en blouson noir, bonnet noir, écharpe noire sur le visage – un ninja, quoi – a déboulé, plaquant sur mon écran une feuille de papier avec des trucs pas sympas écrits dessus. Après, un couple est venu. Ils se sont tous mis à discuter. De toute la journée, ça ne s’est pas arrêté.

Qu’est-ce qu’une performance ? Une remise en cause radicale des codes de la représentation, née dans les années 50 à New York, justement. Un geste artistique, par essence, unique. Une œuvre en train de se faire, ici et maintenant. L’artiste agissant sur le monde environnant, engageant tout son corps dans la production d’un acte immédiatement signifiant, parce qu’imprévu, désobéissant et doté d’un fulgurant effet de réel. Du « live art », disaient les Américains. De l’art vivant, de l’art en vie. Ironie de la technologie, sur le site « He will note divide us », il est inscrit « live » en haut à gauche. Oui, aujourd’hui, le direct par médias interposés est une preuve de vie… qu’Internet a rendue planétaire. Mais Internet a tué au passage ce qui en faisait le sel de la performance, sa portée politique : à savoir son incongruité et sa transgression.

On voit de tout, sur le web. Alors, pourquoi pas ça ?

[MISE A JOUR, 10h24] Shia LaBeouf vient d'être arrêté ce matin par la police new-yorkaise, suite à son altercation avec le facho. La performance "He will not divide us" continue donc sans lui. Pour l'instant on ignore quelles sont exactement les charges retenues contre lui.

► LA PERFORMANCE | "He will not divide us", le live résistance de Shia Labeouf à New-York.

La chronique en vidéo

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.