Je commence à la trouver longue, cette année 2015, qui fait suite à 2014, soixante-dix ans après 1944 et 45. Comme tous les lundis soirs, 3 documentaires sur France 3 : un sur la Résistance, un autre les Résistantes, le dernier sur un Résistant oublié. Mais quand cela va-t-il s’arrêter ?

En réalité, jamais, je vais vous expliquer.

Entendons-nous bien. Cette période de commémoration a permis au service public, toutes chaînes confondues, d’accomplir un travail remarquable. Certains films feront date. Vus partout en France dans les lycées, leurs archives et témoignages servent désormais de supports aux enseignants. Tant mieux.

Par ailleurs, France 3, puisque c’est elle que je vise, s’est dotée d’une ligne éditoriale intelligente et lisible. Se positionnant comme la chaîne des régions, bien sûr, mais également de l’Histoire et du patrimoine culturel. Quand je dis Histoire, je ne dis pas les pittoresques joyaux de la couronne, mais les grands enjeux du XXème siècle, susceptibles d’éclairer les nœuds de notre société contemporaine. Enfin, la 3 offre au documentaire une place de choix… Et c’est précieux.

Le problème, c’est l’âge du téléspectateur de France 3 ou plutôt l’idée que la chaîne s’en fait. Pourquoi des sujets sur 39-45 jusqu’à plus soif ? Parce qu’on fabrique une grille avec la certitude que ça correspond à la génération, à la culture, de ceux qui regardent, les enfants du baby-boom. Et que chaque fois qu’on s’en éloigne, on prend un risque. Donc, je vous parie ma carte de presse que, une fois l’anniversaire de la guerre passé, le Général De Gaulle n’aura pas moins la cote. Et ce qui forge la mémoire des gens de 40, 30 ou 20 ans, ne l’aura pas plus.

Or, il y a là un risque, un vrai. Enfermer la télé dans une classe d’âge et… vieillir avec elle. Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne devant l’écran, derrière non plus d’ailleurs. Enfin si, plus des chaînes, mais des géants du web Apple, Amazon, Netlfix qui, eux, auront tissé des liens précieux avec les téléspectateurs de demains.

J’exagère à peine. La Résistance demeure un sujet inépuisable et passionnant. Dommage qu’elle devienne un écueil. Le signe d’une télé en repli.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.