Par Charline Roux

L’instant télé du jour nous emmène dans le futur!

RTL 9 diffuse à 22h35 Les Fils de l’homme d’Alfonso Cuaron. Une merveille de film d’anticipation dans laquelle vous ne verrez ni vaisseau, ni nourriture en gélule, ni skate board qui plane.

Nous sommes en 2027, et cet avenir-là n’a rien de réjouissant.

De l’espoir, Théo, le héros en a effectivement peu. Le monde va mal, très mal… car à ajouter à l’infertilité des femmes, les ressources sont épuisées, l’ultra violence est partout, des pandémies ont décimé une bonne partie de la population. La Grande Bretagne n’a trouvé pour seul remède que la tentative d’un état totalitaire qui attire pourtant de milliers de réfugiés désespérés mais interdits de séjour.

Bref on s’achemine tranquillement vers la fin de l’humanité.

Sauf que Théo, notre héros, se retrouve à devoir protéger une jeune réfugiée africaine enceinte.

Voilà 1h50 à couper le souffle, une course dingue et ininterrompue servie par une mise en scène virtuose et nerveuse. Si vous vous laissez tenter, vous verrez deux des plus beaux plans séquences de l’histoire du cinéma, dont un de plus de 6 minutes, qui a demandé au réalisateur et ses équipes treize jours de préparation… (Alfonso Cuaron, qui réalisera par la suite une petite chose répondant au nom de Gravity. )

Le film est aussi servi par un casting 3 étoiles, qui répondent au nom de Clive Owen, Julianne Moore et Michael Caine.

Et puis Alfonso Cuaron explique avoir voulu filmer « presque comme un documentaire ». Son ambition esthétique étant plus à aller chercher du côté de La Bataille d’Alger que de Blade Runner , selon ses propres termes .

Conséquence : le film fait rimer anticipation et émotion : il est ancré dans une réalité tellement proche de la nôtre qu’il est difficile de ne pas se sentir secoué à l’évocation de catastrophe écologique et de réfugiés désespérés.

Les films de l’homme d’Alfonso Cuaron c’est à 22h35 sur RTL9.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.