Il y a quelques jours, Sonia Devillers réagissait sur l'heure annoncée des programmes télé... et l'heure réelle, après les pubs. Madame B, à Privas (Ardèche) lui a répondu.

À qui cela profite-t-il que nous soyons ainsi maintenus en état de perpétuelle veille ?
À qui cela profite-t-il que nous soyons ainsi maintenus en état de perpétuelle veille ? © Getty / PM Images

Suite à la chronique sur l'heure réelle des soirées télé : la réponse d'une auditrice.

Lettre de madame B, à Privas, en Ardèche

« Je vous écoute chaque matin pour votre « Instant Télé » avec d’autant plus d’intérêt que je ne possède pas cet appareil. Par choix. Et pour plusieurs raisons… dont celle évoquée par vous ce matin ! Nul n’a le droit de me dicter mon heure de sommeil. J’ai remarqué depuis longtemps que les émissions télé en soirée commencent de plus en plus tard. Quant à mettre des sujets intéressants à 23h15… A cette heure, je suis déjà en sommeil profond (le plus important, comme vous le savez), depuis déjà 1h30. De plus, je ne supporte pas du tout la pub.

J’ai l’occasion de regarder de très belles choses à la télé dans l’après-midi chez une voisine plus âgée et je la trouve irremplaçable pour des émissions culturelles ponctuelles comme le Concert sous la Tour Eiffel, l’aventure spatiale, etc… Mes moyens sont modestes (retraite de 1400 euros, vivant seule pour payer le loyer et tous les frais fixes) et ne me permettent pas l’achat de certains appareils… dont je me passe très bien. Sauf de Radio France, ma famille en quelque sorte.

Grâce à France Inter, je vis toujours avec le monde et me renseigne sur lui. En fait, j’y apprends au moins une chose par jour. Et un poste transistor me suit partout même sur le balcon où des tourterelles se sont habituées à ce « bruit » qui ne les fait plus fuir. Prof de yoga à 77 ans, je donne toujours des cours, fais du soutien scolaire, lis et écris. Une vie bien agréable, en somme. J’espère ne pas vous avoir pris trop de temps.»

Courrier de Madame B
Courrier de Madame B © Radio France / Sonia Devillers

La réponse de Sonia

Non, Madame B., pas du tout. J’ai perdu l’enveloppe, peut-être y avait-il votre adresse inscrite au dos. Alors je vous réponds à l’antenne : j’aime que vous voyiez de belles choses à la télé, mais que celle-ci ne dicte pas votre vie.

J’aime que la télé soit un moment de partage et je me demande quel âge a votre voisine plus âgée.

J’ai une infinie tendresse pour ceux qui se couchent tôt, ceux qui savent rester indifférents à la tyrannie du flux ininterrompu, du spectacle de l’actu.

Mais à qui cela profite-t-il que nous soyons ainsi maintenus en état de perpétuelle veille ?

On ne se pose pas assez la question.

Je suis très heureuse, madame, d’être dans votre transistor. Heureuse et fière de parler aux oiseaux. Mais j’ai quand même demandé à Daniel Morin de causer un peu moins fort pour ne pas effrayer les tourterelles…

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.