Sachez, d’abord, que, foi de Médiamétrie, France O fait partie des chaines que, certains soirs, personne ne regarde, mais, vraiment personne. C’est pas une expression, c’est statistique.

Aujourd’hui, « Point Break » - film culte signée Kathryn Bigelow. Toujours bon de rappeler qu’à Hollywood, il n’y a ni noir, ni femme derrière la caméra. En plus d’être une des seules réalisatrices de sa génération, elle est la meilleure, double Oscar à l’appui pour « Démineurs ». Kathryn Bigelow filme des histoires de mecs. « Démineurs », les GI en Irak, « K-19 » la garnison d’un sous-marin nucléaire russe, « Zero Dark Thirty », le commando qui exécuta Ben Laden.

« Point Break » date de 1991 : un flic infiltre un groupe de surfeurs, convaincu que ces derniers forment le « gang des présidents », des malfrats masqués en Reagan, Nixon, Johnson et Carter, enchaînant les hold-up. Le tout sur fond de mythologie de la glisse et de la vague.

Alors, pourquoi revoir « Point Break » ou le faire découvrir à vos ados ? Parce que ce film offre la meilleure course poursuite à pied de toute l’histoire du cinéma. Le flic prend en chasse le faux Ronald Reagan – déjà, tout un programme. Et le traque à travers un lotissement de petits pavillons au travers desquels ils font irruption, pulvérisant bow-window du salon, plate-bande de jardin, corde à linge, chiens, chats, enfants vautrés devant la télé, monceaux de vaisselles, palissade et local poubelle. Quatre minutes, filmées caméra à l’épaule, une leçon de montage – un cas d’école, même.

La poursuite, c’est la séquence archétypale du film d’action. C’est LE morceau de bravoure du metteur en scène. L’Amérique, toute à son culte de l’automobile, nous a donné des tombereaux de poursuite en bagnole, plus magistrales les unes que les autres. La course à pieds de « Point break » les vaut toutes :

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.