Harvey, c'est un lapin de deux mètres de haut qui accompagne Elwood partout.

Détail affiche de Harvey
Détail affiche de Harvey © Getty / Universal History Archive

Évidemment, personne ne le voit. Mais il faut lui tenir la porte quand on sort de la pièce, penser à lui laisser une place pour s'assoir, et discuter avec lui, bien sûr. Harvey a beaucoup d'esprit, un joli sens de l'humour et un bon lever de coude ! Seul problème : Elwood est une grande personne. Il a plus de 40 ans.

Alors forcément, son ami imaginaire passe moyen auprès de sa famille. La sœur d'Elwood ne supporte plus ce frère qui présente un lapin invisible à tout le monde (réplique emblématique : "have you met Harvey?")

Que vont penser les gens ? Comment voulez-vous qu’elle marie sa fille avec un gendre idéal, si cet hurluberlu est toujours dans ses pattes ? Elle décide donc de faire interner son frère. Mais suite à un quiproquo, c'est elle qui se retrouve à l'asile.

Certaines scènes reposent sur un comique de situation diablement efficace. C’est une adaptation d’une pièce de théâtre. Il ne faut pas rater ce film délicieux, pour James Stewart évidemment, pour les personnages secondaires qui sont épatants, et pour la qualité des dialogues : souvent très drôles et parfois tellement beaux qu'on a envie de noter certaines répliques. Notamment quand James Stewart raconte sa rencontre avec Harvey un soir de cuite historique.

Harvey est un film méconnu en France. Il est beaucoup moins célèbre que La vie est belle, par exemple, avec le même James Stewart. Sans doute parce que le réalisateur, Henry Koster, est moins célèbre que Franck Capra.

Au cœur de ces deux films, il y a pourtant la même prouesse : une ode à la vie qui n'est jamais dégoulinante. James Stewart incarne un personnage qui sait s’émerveiller et qui a choisi la bienveillance. Aucune morale à la fin : juste une jolie pirouette scénaristique pleine de poésie.

Franchement, regardez Harvey ce soir, et si vous trouvez ça niais, je vous rembourse ! Pour ne pas être séduit, il faut être rabat joie, ou totalement allergique à la beauté.

Une dernière chose : savez-vous pourquoi Elwood ne pourrait jamais se séparer de Harvey ? Parce que ce lapin géant invisible peut arrêter les aiguilles de l'horloge. Harvey retient le temps. Choisissez l’endroit qui vous rend le plus heureux au monde, partez en compagnie de qui vous voulez, et quand vous reviendrez, l'horloge n'aura pas bougé d’une seconde. Mais Elwood n'a jamais utilisé ce pouvoir. Tout simplement parce que depuis qu’il est ami avec son lapin, il n’en a jamais éprouvé le besoin.

Harvey d'Henry Koster avec James Stewart, c’est ce soir sur Arte à 22h25.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.