Les sportifs peuvent-ils encore battre des records ? Avec Geoffroy Berthelot, chercheur à l’Institut de Recherche biomédicale et d’Épidémiologie du Sport (IRMES-INSEP)

Justin Gatlin lors de son entraînement pour les JO le 10 août 2016
Justin Gatlin lors de son entraînement pour les JO le 10 août 2016 © Getty / Alexander Hassenstein / Employé

Les JO de Rio sont encore l'occasion pour les plus grands athlètes de battre de nouveauxrecords, mais moins que par le passé....

Les sportifs peuvent-ils encore aller "toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus fort"?

Peut-on espérer que de nouveaux records continueront d'être battus ? Peut-on repousser les limites physiologiques grâce aux technologies?

Geoffroy Berthelot, chercheur à l’Institut de Recherche biomédicale et d’Épidémiologie du Sport. L'institut a analysé plus de 3000 records et 40 000 résultats pour déterminer l'évolution des performances des sportifs.

"Dans le passé, on faisait des projections étonnantes comme celle de dire que les femmes courront plus vite que les hommes en 2156, ou un temps sur le 100 m proche du 0 seconde. (...) Aujourd'hui, l'analyse de 40 000 résultats olympiques (plus précise) semble montrer que toutes les évolutions ralentissent."

"Les femmes sont rentrées plus tard dans la compétition, elles ont eu une marge plus rapide mais il reste une marge de progression pour les disciplines de fond."

"Le processus de sélection des athlètes a changé. On va chercher les athlètes en Afrique de l’Est par rapport à leur morphologie adaptée à l’effort des longues courses. Ils ont une masse embarquée plus faible."

"Il y a encore des choses à apprendre sur la nutrition et l’entrainement. Il y aura aussi surement un rôle des technologies pour l’athlète du futur.'

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.