L'attentat de Nice analysés par Olivier Rafowicz et Stéphane Gicquel

2 invités de 7h à 8h analysent ce que l'on sait déjà sur l'attentat de Nice au micro de Clotilde Dumetz

  • Stéphane Gicquel, secrétaire général de la FENVAC (fédération nationale des victimes d'accidents collectifs).

"Notre association est là pour apporter une sensibilité des victimes aux pouvoirs publics." (...) "ce qui va être particulier, c'est de savoir qui est victime, comme 30 000 personnes étaient sur la promenade des anglais".

Le numéro de téléphone de la FENVAC : 0143175646 pour les victimes. Accéder au site

Créée et animée exclusivement par des victimes, la FENVAC s’engage pour accompagner les démarches des victimes.

"L'extension du fond d’indemnisation doit faire l'objet d"un vrai débat politique pour savoir si l'on prend les dispositions nécessaires pour que les victimes ne subissent pas de déclassement financier."

  • Olivier Rafowicz, colonel de réserve de l'armée israélienne et spécialiste des questions sur le terrorisme.

"Il y a un danger d'auto-radicalisation du fait des réseaux sociaux. En quelques semaines, un individu peut passer d’un individu normal à un adepte de Daesh sans partir en Syrie."

"Le fait que nous soyons en état d’urgence devrait être accompagné d’une prise de conscience de la population globale. Il n’y a pas de tradition de lutte contre le terrorisme, il faut entrer dans une dynamique de conscience globale."

"Nous avons à faire à une guerre face à des gens qui veulent démanteler la démocratie et tuer nos valeurs. Il faut clairement appeler la guerre la guerre et mettre en place des lois d’urgence capables de donner aux forces de polices et au gouvernement la capacité de les arrêter."

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.