Alors que le festival de Cannes 2021 ouvre ses portes le 6 juillet, le journaliste Xavier Monnier nous entraine dans les arcanes de la Croisette, entre pressions politiques, clientélisme et conflits d'intérêts.

L'actrice Emily Beecham pose lors d'un "photocall", l'or de la 72e édition du Festival de Cannes en 2019.
L'actrice Emily Beecham pose lors d'un "photocall", l'or de la 72e édition du Festival de Cannes en 2019. © AFP / ALBERTO PIZZOLI

On ne le sait pas forcément, mais le Festival de Cannes est avant tout parisien. Dans son livre Cannes confidentiel (Robert Laffont, 2021) le journaliste Xavier Monnier explique que tout se passe au siège de l'Association française du Festival international du film, une association au conseil d'administration très fermé, qui réunit le monde du cinéma et toutes les institutions publiques qui y participent, y compris les différents ministères.

Tensions entre le festival et la ville de Cannes

Le journaliste décrit également les relations houleuses entre l'ex-président du festival Gilles Jacob et le sommet de l'État : tensions avec Nicolas Sarkozy, choix de Pierre Lescure par François Hollande pour lui succéder... Les relations seraient également difficiles entre le festival et la ville de Cannes. "Il y a cette tension entre d'un côté un festival qui vient de Paris et qui fait la renommée de Cannes, et de l'autre les Cannois qui se sentent un peu dépossédés de leur ville, analyse Xavier Monnier. Chacun est très jaloux de son pré carré et de ses intérêts."

D'après le journaliste, les places pour les cérémonies ou les avant-première sont parfois distribuées à des personnalités qu'on penserait éloignées du festival : le procureur de la République, le président du tribunal de Grasse, des magistrats, des policiers... "Il y a une forme de relation clientéliste plus ou moins poussée pour conserver des bonnes relations, explique le journaliste. Pour les policiers, cela évite que le festival doive payer les forces de l'ordre pour leur travail supplémentaire. C'est une forme de compensation."

Des places au marché noir

Pour ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir disposer de places, un marché noir existe. Une place pour la cérémonie d'ouverture peut se vendre entre 2 800 et 5 500 dollars, voire 9 500 dollars la projection de Once Upon a Time… in Hollywood, le dernier film de Quentin Tarantino. Pour Xavier Monnier, "ce n'est pas un festival ouvert au public. Pour avoir des places, il faut en demander. Il y a donc le marché noir version soft, devant les marches du Palais, et la version dure, qui se développe sur des plateformes. Au début des années 2000, ce marché était alimenté en partie par des gens situés au sein de l'organisation du festival."

Enfin, dans son livre Cannes confidentiel, Xavier Monnier explique que le festival prendrait en charge l'hôtel d'un certain nombre de journalistes, ce qui pose la question du conflit d'intérêts. "Ils sont un peu plus d'une centaine dans ce cas-là, sur 4 000 à 5 000 journalistes accrédités au total. J'ai eu des réponses lunaires de leur part, ils ne voyaient pas le conflit d'intérêts. Je ne veux pas faire la morale mais certains journalistes admettent que c'est une pratique étrange."

Aller plus loin

  • Livre |  Cannes confidentiel - Sexe, drogues et cinéma, un livre de Xavier Monnier, paru le 10 juin 2021 aux éditions Robert Laffont.
Les invités
L'équipe
Contact