Cette semaine, les trois chantiers fiscaux ont été ouverts, avec un calendrier très serré. Un mois de casse tête et un effet "Rubiscube" : faire autrement pour retrouver une dynamique de croissance mais à prélèvements contants et sans marge de manoeuvre budgétaire pour l'instant.

1er chantier (ouvert mercredi par le Premier Ministre) : Quatre groupes de réflexion sur la simplification administrative et la fiscalité des entreprises.

  • Impôt sur les sociétés - Impôts sur la production

  • Fiscalité locale

  • Relations entreprises - administrations

Premières mesures attendues en septembre dans le projet de loi de finances 2015.

2ème chantier : Les baisses de charges et les contreparties emploi. Les partenaires sociaux ont un mois pour trouver un terrain d'entente.

3ème chantier : Fiscalité des ménages. Ils ne doivent pas payer plus, mais l'impôt doit être plus progressif. Supervisé par Bercy et installé par Matignon hier, le groupe de travail a jusqu'à début avril.

Il n'y aura pas de "grand soir fiscal" a prévenu Jean-marc Ayrault, même si la question de l'impôt à la source refait surface et sa progressivité pour soutenir les plus modeste. Mais pas de fusion IR-CSG envisagée.

En clair, le choix fiscal est pour les entreprises. Mais 30 milliards et des aménagements à prélèvements constants font-ils un choc fiscal efficace ?

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.