"Il est temps d'ouvrir une nouvelle étape " a expliqué François Hollande, lundi soir.

Trois chantiers prioritaires pour le gouvernement d'ici la mi-avril :

  • Concrétiser le ciblage des 10 milliards supplémentaires de baisse de charges avec le pacte de responsabilité, le dispositif est prêt a affirmé le chef de l'état. Accompagner l'investissement avec 5 à 8 milliards de baisse de la fiscalité des entreprises.

  • 2ème chantier : un pacte de solidarité avec une baisse de 1 à 2 milliards des cotisations sociales payées par les salariés modestes - Une mesure de soutien au pouvoir d'achat.

  • Une pause fiscale pour les entreprises et les ménages qui doit être possible ,grâce à 50 milliards d'économies budgétaires. Bruxelles attend pour le 15 avril, la stratégie de réformes de la France.

    Michel Sapin, nouveau ministre des finances annonce déjà ,qu'il veut négocier avec la commission européenne, le rythme de baisse des déficits pour ne pas casser la croissance très faible (0,1% au premier trimestre selon l'INSEE, 0,3% au deuxième...)

L'Europe, l'Allemagne contestent l'idée d'un délai supplémentaire. Comme Mario Draghi, le président de la BCE, qui reconnait pourtant, que les risques de déflation sont bien là. Pour la première fois ,la banque centrale a ouvertement parlé d'intervention possible. Alors peut-on poursuivre la consolidation budgétaire à marche forcée alors que la déflation menace ?

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.