En France, 4.7 millions de femmes vivent sous le seuil de pauvreté. 1.4 millions perçoivent le RSA. Elles sont 70% "des travailleurs pauvres" et le risque de précarisation est aggravé pour les familles monoparentales dont 33% ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Dans 9 cas sur 10, c'est la mère qui a la charge principale de l'enfant.

La hausse sensible de l'accès des femmes aux emplois de cadre, ne doit pas occulter le taux de féminisation de l'emploi non-qualifié (62%).

Plus des trois quart du million et demi de personnes en sous-emploi sont des femmes et à l'âge de la retraite, leur situation s'aggrave encore. Elles constituent 57% des bénéficiaires de minimum vieillesse (777 Euros par mois)

Leur courage : se battre au quotidien ,comme en témoigne deux femmes qui les soutiennent dans leur envie d'en sortir :

Stéphanie Goujon qui, à la tête d'ADN (l'Agence du Don en Nature), se mobilise au quotidien pour offrir 1,5 millions de produits non-alimentaires aux plus démunis, à travers 480 associations et l'aide de 80 grandes entreprises ,qui donnent leurs surplus neuf.

Catherine Barbaroux qui finance et accompagne la création d'entreprise ou d'activité de ceux qui sont à l'écart du marché du travail. A l'ADIE (Association pour le Droit à l'Initiative Economique), 42% de ceux qui obtiennent un micro crédit sont des femmes.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.