150 000 jeunes sortent chaque année du secondaire sans diplôme, ni qualification (20% d'une classe d'âge). 80 000 étudiants décrochent de l'université sans diplôme (10%). Au même moment, l'industrie a du mal à trouver des jeunes notemment sur les premiers niveaux de qualification.

Le chantier de la réforme de la taxe d'apprentissage est ouvert et il est intéressant de mettre en lumière le travail des "écoles de productions" pour les décrocheurs de 14-15 ans, qui n'ont pas l'âge encore d'être apprentis. Depuis 4 ans, L'UIMM (fédération de la métalurgie) finance à 50% des "écoles entreprises" qui forment ces très jeunes en échec scolaire, pour les amener au CAP et au BAC PRO afin de décrocher, à la clé, un emploi dans l'industrie. Une école de la "deuxième chance" qui se prolonge à l'université pour les étudiants en difficulté. Des expérimentations qui mériteraient de se développer et d'être mieux financées

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.