Le projet de finance rectificatif de la sécurité sociale, présenté mercredi prochain par Marisol Touraine doit entériner l'allègement des cotisations salariale au bénéfice des salariés entre 1 et 1,3 SMIC à partir de 2015, la baisse du coût du travail pour les salaires proche du SMIC, l'allègement des cotisations d'allocations familiales pour les travailleurs indépendants, la suppression de la C3S (impôt sur le chiffre d'affaire des entreprises), pour 2 sociétés sur 3 dès 2015, le gel des prestations sociales hors minima sociaux…

Et pour l'assurance maladie ?

  • 10 milliards d'économies d'ici 2017 - soit 4 milliards par an pendant 3 ans, sans déremboursements mais par de nouvelles baisses de prix des médicaments, le développement des génériques, la chasse aux actes inutiles et une meilleure gestion des hôpitaux, le développement de la chirurgie ambulatoire et une meilleure coordination avec la médecine de ville.

  • Conséquences : les dépenses de santé ne devront pas progresser de plus de 2% par an en moyenne durant cette période, contre 2,4% en 2014. C'est le niveau le plus bas depuis 1997... Un coup de frein historique, lorsqu'on sait que naturellement le rythme tourne autour de 4%.

  • "On est à l'os", il n'est pas possible d'aller plus loin expliquent les médecins. Quant aux hôpitaux, ils dénoncent une nouvelle politique du "Rabot". Depuis 2 ans la contrainte financière qui pèse sur les hôpitaux ne s'est pas desserrée. Marisol Touraine leur demande 3 milliards d'économies supplémentaires d'ici à 2017.

  • Rabot ou coordination et coopération nécessaire entre 2 mondes qui s'ignorent ?
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.