C'est la question centrale d'ici la fin mars. Le président de la république souhaite un accord rapide avant le second tour des municipales le 30 mars et personne n'est d'accord.

  • Une chose est sure, le crédit d'impôt compétitivité emploie : le CICE est maintenu : 10 milliards cette année, 20 en 2015 - le cice baisse les charges sur les salaires jusqu'à 2,5 smic.

  • Un autre principe est acquis : 10 milliards de baisse de charges supplémentaire - sur les cotisations sociales payées par les employeurs.

  • Et c'est là que tout se complique. Où les cibler ?

  • Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo viennent de sortir une étude pour l'institut Montaigne, démontrant que mettre la totalité des 10 milliards en plus ,sur les bas salaires jusqu'à 1,6 smic, créerait jusqu'à 800 000 emplois à court terme.

Un effet emploi réel et politiquement bienvenu, que refuse la CFDT et le patronat. Leurs arguments : cibler les baisses entre 2 et 3 smic pour développer et rendre l'emploi qualifié moins cher, gagner des parts de marché, gagner en compétitivité,... Mais cela prend plus de temps.

Michel Sapin a précisé que l'essentiel des baisses de charges seraient effectifves dès 2015.

Mais quel est le bon dosage entre deux cibles nécessaires à l'emploi et la montée en gamme de nos industries ?

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.