C'est une année particulière, car l'économie sociale et solidaire va être fortifiée par la loi Hamon du 21 juillet dernier. Une reconnaissance historique pour ce secteur, qui représente 10 % du Pib, 200 000 entreprises, 2 300 000 salariés,12 % de l'emploi privé, 54 milliards de chiffre d’affaire.

98 articles de loi pour valoriser les acteurs historiques (mutuelles, coopératives, associations, fondations) et les nouveaux entrepreneurs sociaux.

L'objectif de la loi est aussi de consolider et d'ouvrir les réseaux de l'ESS avec "des pôles territoriaux de coopération économique" et de faciliter l'accès aux marchés publics.

Autre avantage reconnu et contesté par le Medef, l’obligation d'informer les salariés en cas de cession pour permettre le rachat par les salariés.

Le pari aujourd'hui est d'innover, de rassembler les petites structures, de mutualiser les moyens qui se raréfient avec la crise.

L'économie sociale et solidaire doit aussi se réformer.

__

__

L'analyse de:

Hugues Sibille

président de l’Avise (agence pour la valorisation des initiatives économiques et sociales).

Tous les mois de novembre depuis 7 ans, le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) organise, plus de 2000 actions sur tout le territoire, pour valoriser ses actions .

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.