François Hollande a placé l'an 2 de son quinquennat sous le signe de l'offensive.

Poursuivre les réformes sociales : retraites, formation professionnelle, assurance chômage. Il veut prendre le temps de la négociation, mais sur un calendrier plutôt court pour des changements profonds. Réduire les dépenses, réorienter les besoins, cibler les publics, syndicats et pratronat mettent la pression avec des objectifs divergents. Ce n'est pas gagné.

En revanche le Président de la République est resté silencieux sur la maîtrise des dépenses de l'état. C'est pourtant dans ce domaine que les économies les plus fortes sont attendues par Bruxelles.

Deuxième cible de l'offensive présidentielle : la compététitivité des entreprises. Pas de nouveaux outils mais plus d' investissements dans les secteurs d'avenir.

Enfin troisième objectifs de relance : accélérer la construction politique et budgétaire de la zone euro.

L'Allemagne est d'accord pour plus de gouvernance mais pas plus de financement.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.