Pour l'OFCE : la France, après une année de stabilisation en 2013, avec 0,3 % de croissance ( ce qui lui a permis de retrouver un niveau de production atteint 6 ans plus tôt ) devrait croître en 2014 de 1,2 % et en 2015 de 1,6 %.

Le délai de 2 ans autorisé par Bruxelles a permis un relâchement de l'Austérité en vigueur depuis la mi-2012.

Mais pour l'OFCE, on ne peut pas parler de reprise. Les entreprises profiteront de ce regain de croissance pour restaurer progressivement leur situation financière (leurs marges et leur productivité). D'où, pas de réelles embauches à l'horizon et une hausse du chômage de 10,1 % fin 2015.

Des ajustements trop graduels ,qui devraient laisser le déficit à 3,7% fin 2014 et 3 % en 2015.

Alors la France est-elle à la traine ?

Michel Sapin, ministre des finances, affirme avoir obtenu ,de ses partenaires européens, un rythme un peu moins rapide pour diminuer les déficits .. Mais pour y arriver, Manuel Valls a annoncé mercredi, un tour de vis supplémentaire : des prestations sociales non revalorisées, le report des mesures contre l'exclusion, le gel de l'indice des fonctionnaires, tout en promettant, de ne pas toucher au SMIC, ni aux minima sociaux.

Colère des syndicats, d'une partie des élus de gauche et cette question : toucher au pouvoir d'achat aujourd'hui ne risque-t-il pas de casser une reprise fragile ?

Les liens

OFCE - Prévisions

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.