Quand l’Europe s’éveillera ?

On est toujours dans l'Europe des petits pas avec les conclusions du Sommet Européen de jeudi dernier.

Réunis à Bruxelles, les 28 chefs d’Etats restent divisés sur une stratégie face à la Russie .Pas de renforcement des sanctions, ni perspectives de décélération, mais pas non plus de stratégie à long terme face à un Vladimir Poutine combatif, même s'il est fragilisé par la crise. Angela Merkel et François Hollande veulent, pour l’instant, seulement poursuivre le dialogue avec la Russie et l’Ukraine, une réunion est prévue pour dimanche ou lundi.

Même refus de trancher sur l'Ukraine qui demande 15 milliards d’aides, l’Europe renvoie l'initiative au FMI.

Autre grand dossier abordé : le plan Junker pour relancer jusqu'à 315 milliards d'investissements d’ici 3 ans .Les 28 ont entériné le principe du plan et attendent le calendrier concret pour la mi-janvier. Mais tous refusent d'y ajouter des capitaux nationaux, ce qui pourrait pourtant accroître l'impact .Là encore les Chefs d'Etats préfèrent attendre de voir les premiers effets et en amplifier les actions chacun, égoïstement, dans leur propre pays.

L'Europe décide à minima, alors que la baisse du prix du pétrole devrait faire gagner aux 28, sur la facture énergétique, jusqu’à 150 milliards ,15 milliards en France, en 2015.

L'Europe est-elle en train de louper une opportunité d'accélérer la relance, alors que dans le même temps l'exaspération face à l'austérité et le chômage monte en Italie, en Belgique et déstabilise le pouvoir politique en Grèce ?

Quand l'Europe reprendra-t-elle le "contrôle politique " de sa destinée et donc le chemin de la croissance ?

L'analyse dePascal Lamy

Pascal Lamy

__

Président d’honneur de « Notre Europe » : (Institut Jacques Delors) et ancien directeur général de l’OMC (organisation mondiale du commerce) .Il a publié au printemps dernier, chez Odile Jacob ; « Quand la France s’éveillera »

__

Peut-on dire la même chose de l’Europe cette semaine avec le sommet européen ?

__

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.