Le traité budgétaire adopté en conseil des ministres cette semaine est un tournant historique.

La France s'engage à ne plus avoir de déficit structurel (0,5% en 2017).

Une trajectoire contraignante de retour à l'équilibre doublée d'une loi de finance qui sera connue vendredi prochain, mais dont l'objectif est un coup de frein de dix milliards des dépenses publiques et vingt milliards d'impôts en plus pour les ménages et les entreprises.

Pour le front de gauche, une partie du PS, et bon nombre d'écologistes, ce texte est synonyme d'austérité sans fin imposée par l'Allemagne et de perte de souveraineté.

Est-il vrai que la France n'aura plus de marges de manoeuvre ?

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.