Brigitte Jeanperrin reçoit Bertrand Martinot, auteur de « Chômage : inverser la courbe », paru aux Belles lettres et réalisé avec l’Institut Montaigne. Ancien conseiller social de l’Elysée, ex délégué à l’emploi, il réagit à la publication des chiffres du chômage pour septembre.

Inverser la courbe du chômage en attendant le retour de la croissance, tel est le pari du Président de la République avec, pour boîte à outil, la concentration des moyens des politiques publiques sur les principaux foyers: les jeunes, les séniors, les peu qualifiés, les chômeurs de longue durée.

Si l'on gomme le bug sur les inscriptions au mois d'août 60000 chômeurs de moins et le retour à la normale sur septembre avec + 50000 inscrits, la hausse du chômage entre juillet et septembre a augmenté de 10000, à comparer aux +99200 au 1er trimestre et aux +54800 au 2ème trimestre. On n'est pas dans l'inversion de la courbe mais dans un ralentissement de la hausse, c'est visible sur les jeunes peu qualifiés dont le chômage diminue de 0,5% par mois depuis mai, avec 70000 contrats d'avenir à la mi-octobre et 320000 contrats aidés depuis janvier, mais cela ne suffit pas.

Au-delà des polémiques politiciennes, Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT, dans Les Echos, pose la question plus profonde et très ancienne de l'efficacité des politiques d'emploi: "Au-delà des annonces, le gouvernement ne met rien de structurant en place, il continue de distribuer de l'argent public sans réel discernement, ni contrôle public sur son efficacité sur l'emploi." Une analyse confirmée par l'IGAS ( l'inspection générale des affaires sociales) qui demande de renforcer la coordination et le partenariat sur le terrain local des politiques publiques.

Dilution des responsabilités?

Manque d'évaluation et d'efficience de la dépense publique entre les différents acteurs?

forte hausse du chômage en septembre
forte hausse du chômage en septembre © reuters
Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.