Le chantier de la réforme fiscale est ouvert depuis le début de la semaine. Les partenaires sociaux reçus par le Premier ministre se sont tous déclarés ouverts à la réforme même si du côté syndical on rejette une retenue à la source de l'impôt sur le revenu ou une fusion entre l'impôt sur le revenu et la CSG. Leurs objectifs : donner plus de poids à l'impôt sur le revenu, renforcer sa progressivité, supprimer des niches fiscales et, parallèlement, réduire la fiscalité des entreprises.

Les syndicats veulent un rééquilibrage de l'impôt sur les sociétés, grands groupes et PME, lutter contre l'optimisation fiscale, réduire les niches ou les moduler selon leur affectation en faveur de l'investissement, l'emploi, la formation, la politique salariale versus la distribution de dividendes.

Du côté du patronat l'objectif est la baisse des prélèvements et des charges sociales.

C'est le 5 décembre, après avoir fini de voir les politiques, que Jean-Marc Ayrault proposera un calendrier et une méthode pour négocier, mais la question de la CSG est déjà au cœur du débat. Michel Sapin se dit favorable à sa progressivité parce qu'elle pèse plus (90 Milliards) que l'impôt sur le revenu (75 Milliards).

La question de la CSG est-elle la bonne entrée pour ouvrir le débat ?

Michel Rocard
Michel Rocard © Radio France / CDEVILLERS
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.