Le sociologue est l'invité de Pierre Weill ce samedi.

Spécialiste des questions d'éducation, le sociologue est notre invité pour évoquer notamment le futur programme du ministère de l'éducation.

Sur la proposition deJean-Michel Blanquer d'assouplir les conditions du redoublement

François Dubet : "Il est absurde de laisser passer des élèves trop faibles mais ça ne sert à rien de les faire redoubler. La France était championne du monde des redoublements : un élève sur trois avait redoublé à 15 ans, un sur deux à 18 ans ; les enquêtes internationales montrent malgré cela que nos résultats ne sont pas bons et continuent à décroître"

Que faire pour aider les élèves en difficulté ?

François Dubet : "Les études dirigées au collège, c'est bien : on sait que ce sont les parents qui "font" les devoirs d'une certaine manière, donc les devoirs à la maisons sont un accélérateur d'inégalités considérable". "Il faudrait mettre en place des études qui ne refassent pas la classe, mais de l'aide au devoir."

Faut-il se concentrer sur les premières années de la scolarité ?

François Dubet : "Grande section de maternelle et CP sont essentiel, mais tout ne se joue pas là. C'est là qu'on peut acquérir les fondamentaux, des mécanismes cognitifs qui vont durer. Mais les inégalité se produisent tout au long de la scolarité."

François Dubet est l'auteur du livre "Ce qui nous unit - Discriminations, égalité et reconnaissance" (éditions du Seuil - octobre 2016).

Sur la formation des enseignants

François Dubet : "Si vous faites avec 12 élèves ce que vous faites avec 24, vous ne serez pas deux fois plus efficace. La diminution des effectifs par classe, le soutien aux enseignants, la formation en continue sont des processus que l'on peut lier. Ce qui peut être efficace, ce sont des séries de dispositifs installés dans le temps."

"Pour les enseignants, je crois qu'il faut basculer sur le modèle d'une école professionnelle : il faut les former longtemps et tôt." "Le niveau académique des enseignants ne suffit plus à faire le métier".

Sur les rythmes scolaires

François Dubet : "Il y a de très nombreuses situations. On a aussi perdu beaucoup de temps scolaire ces dernières années. Avant 2008, on faisait classe 4 jours et demi. Un élève perd donc quasiment une année scolaire sur le temps de l'élémentaire avec la semaine de 4 jours."

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.