Adapter la lutte antiterroriste: Pierre Weill reçoit Eric Delbecque Directeur du pôle intelligence stratégique deSifaris , société de conseils spécialiste dans l’analyse et la gestion des risques, membre du conseil scientifique du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques, conférencier au CHEMI (centre des hautes études du Ministère de l’Intérieur) et auteur notamment du livre « Idéologie sécuritaire et société de surveillance » aux éditions Vuibert:

Idéologie sécuritaire et société de surveillance
Idéologie sécuritaire et société de surveillance © Radio France

Vivons-nous vraiment dans une société de surveillance ?

En France, l’idéologie sécuritaire et la société de surveillance sont deux thèmes classiques du storytelling du xxie siècle, alimentés aussi bien par les analyses d’intellectuels et de journalistes que par les discours politiques.La surveillance, qui s’exercerait sur chaque citoyen, ne cesserait de progresser dans des collectivités obsédées par le principe de précaution et par les « nouveaux » risques (terrorisme, cybercriminalité, etc.). L’État menacerait donc les libertés individuelles tandis qu’une idéologie sécuritaire, prônant la mise en place de dispositifs liberticides, contaminerait lentement mais sûrement les esprits, nous rapprochant insensiblement d’un régime fascisant…

Certes, la société de surveillance progresse. Cependant, nul apprenti dictateur n’entend consciemment nous l’imposer ; chacun d’entre nous l’appelle de ses voeux face aux menaces de l’insécurité et de la société de défiance. Parallèlement, la société du spectacle, la peur de l’autre et la méconnaissance du monde fabriquent une idéologie sécuritaire qui ne résulte d’aucun projet gouvernemental, quelle que soit la majorité au pouvoir.

Cette tentation de la société de surveillance et de l’idéologie sécuritaire sonne le glas du culte du progrès et démontre la nécessité de repenser notre modèle démocratique.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.