Thomas Thévenoud à France Inter
Thomas Thévenoud à France Inter © RD/RF / RD/RF

On se souvient de l’"Affaire Thomas Thévenoud " qui a défrayé la chronique médiatique à la fin de l'été 2014. Du nom de ce jeune et ambitieux député socialiste nommé le 28 août 2014, en plein remaniement ministériel, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur du gouvernement de Manuel Valls. A peine dix jours plus tard, il est prié de donner sa démission. En cause : 41 000 € qu’il a oublié de déclarer aux impôts durant... trois ans!

L’affaire devenue publique tourne au scandale. Thévenoud tente de se défendre et emploie une formule moquée et reprise en cascade par toute la presse : il aurait été atteint de «phobie administrative », un oubli et non pas une fraude, plaide-t-il aujourd’hui.

Pourtant, l’éphémère Secrétaire d’Etat révèle dans son livre que l’Elysée était au courant depuis plusieurs mois de sa délicate situation fiscale. En effet, lors d’un précédent remaniement ministériel en avril 2014, il avait été déjà envisagé de le nommer au gouvernement – secrétaire d’Etat aux Transports - mais la présidence de la République aurait renoncé après avoir pris connaissance de ses impayés.Mais alors pourquoi cette nouvelle nomination quatre mois plus tard ?

Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.