De nombreuses entreprises proposent d'isoler les combles ou le garage de votre maison pour un euro. Mais certaines d'entre elles sont mal intentionnées et bâclent les travaux. Une enquête diffusée dans Envoyé spécial jeudi 6 février montre les dégâts de ce système.

Les ouvriers isolent les comblent pour un euro à l'aide d'une mousse. Mais de nombreuses malfaçons existent.
Les ouvriers isolent les comblent pour un euro à l'aide d'une mousse. Mais de nombreuses malfaçons existent. © Getty / Portland Press Herald / Contributeur

C'est un dispositif mis en place par l'État, auquel tout le monde peut prétendre : les propriétaires comme les locataires. L'émission "Envoyé spécial", diffusée sur France 2 jeudi 6 février 2020 à 21 h 05, consacre une enquête sur l'isolation des combles à un euro. La journaliste Elvire Berahya-Lazarus (Cat & cie) a installé une caméra cachée dans le toit d'une maison factice. Invitée de Secrets d'info, elle raconte ses mésaventures.

Un devis partiel établi en deux minutes

"Nous avons emprunté une maison de 100 m², je me suis inscrite sur plusieurs sites qui proposent l'isolation à un euro. J'ai tout de suite été rappelé." Elvire Berahya-Lazarus s'est mise dans la peau d'une propriétaire qui veut faire isoler sa toiture. Elle s'est inscrite sur des sites qui, à première vue, semblent de confiance et se réclament parfois de personnalités comme Nicolas Hulot. "Le problème, c'est que parmi ces entreprises, certaines sont mal intentionnées et font mal les travaux."

Une première entreprise débarque, établit un diagnostic très rapide en deux minutes, au point d'oublier la moitié des combles et de faire des vérifications essentielles. "Il y a de l'humidité qu'il faut enlever avant d'isoler, il y a une hotte et une cheminée qu'il faut protéger, des boîtiers électriques, etc., décrit la journaliste. Or, les ouvriers qui arrivent sont moldaves, ne semblent pas très bien formés, sont a priori exploités, doivent rouler des centaines de kilomètres chaque jour... On sent bien qu'il faut qu'ils aillent vite, et passent à côté de tout cela, et ne mesurent que la moitié de la surface." Sur le devis, établit le jour-même, Elvire Berahya-Lazarus s'aperçoit que l'entreprise n'est pas celle contactée initialement, et leur demande de partir.

Incendie dans les combles

Une deuxième entreprise débarque, établit le même diagnostic partiel, et débute l'isolation du toit, à base de flocons de laine de roche ou de verre.  Cette fois-ci, les ouvriers sont roumains. "On a affaire à des plateformes qui recrutent de la main d'œuvre à bas coût et leur font faire jusqu'à 600 kilomètres par jour, et n'ont pas assez de masques de protection."

Dans le reportage, une famille témoigne suite à l'incendie de leurs combles. "Les ouvriers ont projeté des flocons de laine contre le conduit de cheminée, ce qui a créé une surchauffe et a embrasé la charpente, explique la journaliste. L'incendie a été maîtrisé, mais ça aurait pu être très grave. L'expert a bien constaté que l'isolant a été mis au mauvais endroit quinze jours auparavant."

Qui paye vraiment l'isolation à un euro ?

Le propriétaire ou le locataire paye réellement un euro pour isoler sa maison, mais un chantier coûte environ 1 500 euros. Alors qui paye ? "Ce dispositif a été créé en 2005 par l’État pour obliger les grands pollueurs - les distributeurs d'énergie comme Total, EDF, Butagaz - à financer des travaux d'économie d'énergie. L'artisan envoie ses factures, Total rembourse l'artisan et l'État lui donne des certificats d'économie d'énergie." Un système de compensation en quelque sorte, pour financer des travaux qui permettent de réduire les gaz à effet de serre. "Mais ces grosses entreprises répercutent cela en augmentant le prix à la pompe de quelques centimes d'euros, ou sur vos factures d'électricité", ajoute Elvire Berahya-Lazarus.

L'État indique que des contrôles sont programmés. A-t-il les moyens de contrôler chaque chantier ? "Il y a 50 000 chantiers par mois environ. Cela va être très compliqué." Un budget de 3 000 contrôles aléatoires est prévu.

Comment ne pas se faire avoir ?

"Vérifiez que vous avez affaire à une entreprise sérieuse, surveillez les travaux, contactez des entreprises locales qui ont pignon sur rue, assurez-vous qu'elles viennent d'abord faire un diagnostic sérieux de votre maison avant de réaliser les travaux", conseille la journaliste.

Aller plus loin

  • À VOIR - Isolation : cauchemar à 1 €, une enquête d'Elvire Berahya-Lazarus, produite par Cat & cie, diffusée jeudi 6 février à 21 h 05  dans "Envoyé spécial" sur France 2.
  • À LIRE - Ventes abusives, malfaçons, tarifs excessifs : ces fraudes qui gangrènent l’isolation à 1 euro, une enquête de Sophie Chapelle à lire sur Bastamag.
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.