Monsanto aurait payé des scientifiques pour discréditer les rapports évoquant la toxicité de son désherbant.

Le siège social de Monsanto aux Etats-Unis à St. Louis, Missouri
Le siège social de Monsanto aux Etats-Unis à St. Louis, Missouri © AFP / DANIEL DREIFUSS / DPA

Deuxième livraison pour les "Monsanto Papers". Quatre mois après le premier épisode, l'étude des documents internes que Monsanto a été contraint de dévoiler nous permet d'en apprendre plus sur pratiques de désinformation du géant américain. A la pointe de l'agriculture chimique et fabricant des semences génétiquement modifiées, Monsanto aurait fait valider des articles, écrits par ses propres employé.e.s, par des scientifiques de renommée internationale.

Dans quel but ? Contrer les informations sur la probable toxicité de son désherbant maison, le glyphosate, que l'on trouve dans le commerce sous le nom de "Round Up", et ainsi le protéger de toute interdiction de mise sur le marché, et continuer ainsi d'obtenir les autorisations nécessaires pour le distribuer dans le monde, et notamment en Europe.

Stéphane Foucart, qui publie cette enquête dans Le Monde (avec Stéphane Horel), est l'invité de Secrets d'info. D'après lui, "il y a chez Monsanto une équipe dédiée qui produit du contenu éditorial et qui l'adresse à des personnes qui ont une certaine autorité dans le monde scientifique, et vont reprendre ce textes à leur compte en les signant, sans parfois changer une seule virgule". Des études "pro-glyphosate" sont même "inscrites dans la littérature scientifique". C'est, pour le journaliste, "une guerre de l'information qui se joue à tous les étages. [...] Une tierce-partie a une parole beaucoup plus crédible que Monsanto."

► ALLER PLUS LOIN | Lire l'enquête du Monde « Monsanto papers », désinformation organisée autour du glyphosate (édition abonné.e.s)

Stéphane Foucart, journaliste au Monde, invité de Secrets d'info
Stéphane Foucart, journaliste au Monde, invité de Secrets d'info © Radio France / Martin Broyer
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.