Les radars automatiques rapportent plusieurs centaines de millions d'euros chaque année. Mais une large partie de cette somme va dans les poches d'acteurs privés qui ont remporté des marchés publics très rentables. Une enquête réalisée grâce à un financement participatif met au jour les dérives du système.

Installation du 1000e radar automatique à Peroy-les-Gombries en décembre 2005.
Installation du 1000e radar automatique à Peroy-les-Gombries en décembre 2005. © AFP / PIERRE ANDRIEU

Pendant un an, le collectif de journalistes pigistes Extra Muros et le site Reflets.info ont pu enquêter sur ces marchés. Leur documentaire "Radar, la machine à cash", explore les zones d'ombres et pointe des anomalies dans l’attribution et la gestion du marché des radars automatiques en France.

Depuis le début des années 2000, la gestion des procès-verbaux est pilotée depuis un centre basé à Rennes. Lors de sa mise en place, une entreprise remporte le marché public. "Ça a été pendant de très nombreuses années Atos qui a géré ce centre de Rennes", raconte Stéphanie Fontaine, l'une des journalistes qui a enquêté sur le sujet. La gestion des PV et de toutes les prestations associées était donc entre les mains d'une seule entre entreprise. Une situation de quasi-monopole que dénonce un rapport confidentiel de l'Inspection Générale de l'Administration que Stéphanie Fontaine et ses collègues ont réussi à se le procurer.

Une administration en "situation de dépendance"

Ce rapport "ne parle pas d'illégalité" mais dresse "une liste assez importante de dysfonctionnements comme le fait d'avoir confié un marché global à une seule et même entreprise qui a pour conséquence qu'il n'y a plus de concurrence et que les prix facturés à l'État s'envolent ".

L'IGA s'inquiète notamment d'une "situation problématique : l'administration est, semble-t-il, plus qu'en situation de dépendance à l'égard de son fournisseur, captive."

Résultat : à Rennes, Atos "s'occupe de tout, alors que c'est une société informatique". Y compris de la cantine, des espaces verts, de l'arrosage des plantes, du ménage. Autant de secteurs dans lesquels Atos n'a pourtant, a priori, aucune expertise.

Pour honorer son contrat, l'entreprise, dont les tarifs sont également épinglés, a recours à 25 sous-traitants. Mais l’IGA s’interroge là encore, car Atos "se prenait une marge supplémentaire sur chacun des sous-traitants" au moment de la refacturation à l'Etat. Dans le cas d'un sous-traitant, cette marge a atteint 22%.

Le rapport de l'IGA évoque des "marges confortables et parfaitement évitables".

Thierry Breton, juge et partie ?

Stéphanie Fontaine pose également la question du rôle joué par Thierry Breton lors de l'adoption en France des procès-verbaux électroniques (PVE) qui ont remplacé le carnet à souche papier. Selon la journaliste, c'est le ministre des finances, Thierry breton, qui a poussé en 2006 pour que le marché de ces nouveaux PVE soit joint à celui des radars automatiques, alors détenu et remporté par Atos.

Or le même Thierry Breton sera ensuite nommé président… d'Atos en novembre 2008. L'intéressé n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes auteurs de l'enquête.

En 2014, à la suite de la rédaction du rapport de l’IGA le marché public pour la gestion des radars automatiques est finalement scindé en plusieurs marchés. En décembre 2019, l’association anticor a déposé une plainte avec constitution de partie civile.

Aller plus loin

Radar, la machine à cash, un documentaire du collectif Extra Muros et du site Reflets.info

Les invités
L'équipe
  • Jacques MoninDirecteur des enquêtes et de l’investigation de Radio France
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.