Philippe Brunel, journaliste, publie une enquête au cœur du monde opaque du cyclisme, du dopage technologique et de la triche.

Lance Armstrong sur le Tour de France, le 15 juillet 1999
Lance Armstrong sur le Tour de France, le 15 juillet 1999 © AFP / JOEL SAGET

A travers un obscur personnage central, le physicien Itsvan Varjas, inventeur du vélo à moteur, Philippe Brunel émet l'hypothèse que le coureur américain aurait triché avec un vélo équipé d'un moteur électrique.

Itsvan Varjas, physicien hongrois et ancien coureur cycliste, a eu l'idée de contourner le dopage "chimique" en le remplaçant par le dopage "technologique". Il met au point son premier prototype de moteur en septembre 1998, quelques mois avant la première victoire de Lance Armstrong sur le Tour de France. Un prototype à deux millions de dollars, auourd'hui amélioré, silencieux et miniaturisé.

Le texan aurait-il utilisé cette invention pour remporter ses courses ? Des indices concordants suscitent des interrogations. Philippe Brunel se pose la question dans son livre, Rouler plus vite que la mort, chez Grasset.

Philippe Brunel, journaliste
Philippe Brunel, journaliste © Radio France / Martin Broyer
Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.