L'arnaque du siècle ? Une enquête de la revue Sang froid raconte l'affaire 1MDB, un scandale financier et politique tentaculaire, où l'on croise pêle-mêle Leonardo DiCaprio, Nicolas Sarkozy et Bernard Squarcini, tous proches d'escrocs soupçonnés d'avoir détourné de l'argent malaisien et saoudien.

Plus de 14 polices et parquets financiers enquêtent sur 1MDB, cette affaire mondiale.
Plus de 14 polices et parquets financiers enquêtent sur 1MDB, cette affaire mondiale. © AFP / MOHD RASFAN

Une gigantesque affaire planétaire. Les journalistes Lionel Lévy et Jacques Duplessy (du collectif de journalistes Extra-Muros) décortiquent dans le dixième numéro de la revue Sang Froid (parution le 28 juin) le scandale 1MDB.

En 2009, le premier ministre de Malaisie, Najib Razak, crée, avec l'aide de l'Arabie Saoudite, un fond souverain dans le but de moderniser son pays. Chaque pays apporte entre 1 et 1,5 milliard de dollars. Problème : les Malaisiens n'en verrons pas la couleur.

Petit à petit, cet argent disparaît - dans un premier temps, ce sont 700 millions de dollars qui s'envolent. Derrière cette disparition, plusieurs acteurs :  

  • un sulfureux homme d'affaires hongkongais, Jho Low 
  • le gendre de Najib Razak, Riza Aziz, un grand producteur hollywoodien, qui a notamment produit le film de Martin Scorcese, Le Loup de Wall Street 

Cette petite équipe se partage une grande partie de ce fond souverain, qu'ils réinvestissent pour leur usage personnel dans différents pays. Aujourd'hui, 14 polices et parquets financiers dans le monde enquêtent sur cette affaire.

De Bernard Arnault à Leonardo DiCaprio

Lorsque les saoudiens se retirent du fond, un autre acteur entre en jeu : l'Émirati Khadem al-Qubaisi, grand argentier d'Abu Dhabi. Caricature des hauts dignitaires des monarchies pétrolières, il est le premier propriétaire de boîtes de nuit aux États-Unis, et possède ses habitudes à Saint Tropez. Organisateur des 40 ans de Leonardo DiCaprio, Khadem al-Qubaisi dépense sans compter : il détient pour plus de 120 millions d'euros de valeurs  immobilières en France. 

Ces biens ont-ils été acquis grâce à l'argent de ce fond malaisien ? Le Parquet national financier enquête toujours. 

Certains hommes d'affaires ou politiques français ont des liens avec les personnalités citées dans cette affaire : 

  • Nicolas Sarkozy est un proche de Khadem al-Qubaisi, ce dernier ayant financé les conférences du premier à Abu Dhabi, rémunérées chacune 100 000 euros. 
  • Le milliardaire français Bernard Arnault, propriétaire de LVMH, a siégé au conseil consultatif de ce fond souverain malaisien durant 3 ans.
  • Bernard Squarcini, ancien directeur du renseignement intérieur français, a travaillé pour Khadem al-Qubaisi.  Il a été approché par l'Émirati pour enquêter sur des témoins qui pourraient être gênants dans cette affaire...  

Le journaliste Lionel Lévy est l'invité de Jacques Monin pour évoquer cette enquête.

Le journaliste Lionel Lévy, du collectif Extra-muros
Le journaliste Lionel Lévy, du collectif Extra-muros © Radio France / Martin Broyer

1MDB, l'arnaque du siècle, une enquête de Lionel Lévy et Jacques Duplessy, à lire en intégralité dans le numéro 10 de la revue trimestrielle Sang Froid (parution le 28 juin 2018)

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.