La France est une particularité libérale dans le monde de l'eau : 60 % du marché est privatisé, contre 1 % pour le reste de la planète. Une gestion qui révèle de nombreux abus.

Suez, Veolia... Le marché de l'eau en France est détenu à 60 % par des sociétés privées
Suez, Veolia... Le marché de l'eau en France est détenu à 60 % par des sociétés privées © AFP / FRANCK FIFE

Depuis 10 ans, nous assistons à une re-privatisation du marché de l'eau en France. Les ingénieurs de l'état, qui conseillaient autrefois les collectivités et penchaient vers une municipalisation de l'eau n'existent plus depuis 2007. 

Alors que certains pays de l'Union Européenne comme l'Irlande ne font pas payer l'eau à leurs citoyens, en France, la gestion privée est majoritaire. Mais la Cour des comptes le constate : le prix de l'eau est inférieur de 10 % dans les villes qui sont en régie municipale, donc en gestion publique.

La gestion privée révèle bien des problème et de nombreux abus, et le prix de l'eau devient une charge importante pour les citoyens. 

Le journaliste Thierry Gadault, dans son livre Plongée en eau trouble (éditions Michalon - à paraître le 22 février), montre que ce prix pourrait être abaissé à 1,50 € par m3, alors que le prix oscille aujourd'hui entre 3,50 € et 4,17 €. Thierry Gadault est l'invité de Jacques Monin.

Corruption, trafic d'influence, facturations illégales : la gestion privée de l'eau est loin d'être exemplaire

VIDÉO | Eau potable : gâchis et pollution

Le Chlorure de vinyle monomère (CVM) est responsable d'une pollution de l'eau généralisée en France. Présente dans les canalisations en PVC, cette molécule est cancérigène. Plus de 50 000 km de tuyaux sont installés en France, et 600 000 Français sont susceptibles d'en ingérer. Rien n'est fait pour remplacer ces canalisations, en raison d'un coût bien trop élevé.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.