L'ancien officier de l'armée veut briser le silence sur la réalité de l'opération Turquoise qui s'est déroulée durant l'été 1994.

Des réfugiés rwandais fuient Kigali, en mai 1994.
Des réfugiés rwandais fuient Kigali, en mai 1994. © AFP / GERARD JULIEN

Rwanda la fin du silence (édition Les Belles lettres), c'est le témoignage de Guillaume Ancel, ancien officier, détaché à l'époque à la Légion étrangère, et chargé de mener des opérations aériennes au Rwanda. Il veut mettre fin à l'omerta qui règne sur la version officielle française. 

"Cela fait 24 ans que la France ose raconter que l'opération Turquoise était une opération humanitaire" fulmine-t-il. Notre mission première était de remettre en place le gouvernement génocidaire, à qui on a livré des armes."

Pour Guillaume Ancel, il s'agissait avant tout de stopper par tous les moyens les troupes du Front patriotique rwandais, alors menées par Paul Kagamé, l'actuel président du Rwanda. "Nous avons reçu l'ordre de déclencher des frappes aériennes. Nous sommes loin d'une opération humanitaire."

On est pas loin de la complicité de génocide.

L'ancien officier affirme que le génocide contre les Tutsis s'est organisé sous les yeux de l'armée française. "Il était difficile de ne pas le voir. On n'est pas loin de la complicité de génocide.

En 1998, une mission d'information parlementaire se met en place, mais on interdit à Guillaume Ancel d’être auditionné. "On est en plein dans la culture du silence, voir de l'amnésie. On essaye de ne pas de comprendre, et on s'autorise à répéter ce genre d'erreur." Il ajoute : "Les décideurs de l'époque ont pris des options dangereuses, et aujourd'hui refusent d'en parler. C'est indécent et inacceptable. Il faut que le débat ait lieu."

► Guillaume Ancel est l'invité de Benoît Collombat dans Secrets d'info.

Guillaume Ancel, ancien officier, publie Rwanda, la fin du silence, aux éditions des Belles Lettres.
Guillaume Ancel, ancien officier, publie Rwanda, la fin du silence, aux éditions des Belles Lettres. © Radio France / Martin Broyer
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.