Alors que le gouvernement français réfléchit à une régulation de la pornographie sur internet, depuis une quinzaine d'années, un nouveau modèle économique a vu le jour, symbolisé par le site Youporn. La journaliste Marie Maurisse a enquêté dans les coulisses du porno low cost.

Les sites de vidéos pornographiques en streaming ont-ils fragilisé le modèle économique du secteur ?
Les sites de vidéos pornographiques en streaming ont-ils fragilisé le modèle économique du secteur ? © Getty / ullstein bild / Contributeur

La journaliste Marie Maurisse est l'autrice du livre Planète Porn (Stock). Pendant plusieurs mois, elle a enquêté sur la dure réalité de la pornographie sur internet. 

Secteur en détresse

Youporn, un des leaders du porno accessible gratuitement en streaming, est un site internet qui aspire et agrège des tas de vidéos, depuis des sites payants notamment, mais aussi des vidéos volées ou amateurs, le tout classé par catégorie. "Youporn a comme modèle économique l’affiliation, explique Marie Maurisse. Les sites présents sur celui-ci doivent lui reverser des bénéfices pour chaque clic."

Mais ce modèle économique fragilise les productions. MindGeek, xHamster, XVideos... toutes ces sociétés basées sur le clic du consommateur en ligne ont radicalisé le X. "Les vidéos brutales, où l'on force souvent les femmes à des pratiques extrêmes, deviennent la norme, car le secteur est en détresse : pour exister, les studios de vidéos porno doivent se démarquer" constate la journaliste.

Ces sociétés s'abritent derrière une opacité financière qui rend impossible toute enquête policière sur l'origine des finances. "Siège social au Luxembourg, informaticiens au Canada, tournages en Hongrie : ces sociétés avancent masquées."

L'ancien modèle, basé historiquement en Californie, dans la porn valley, est en crise. "Une actrice, qui pouvait gagner jusqu'à 1 000 dollars pour un film X, ne toucherait aujourd'hui que la moitié, indique Marie Maurisse. Les tournages sont moins longs, il y a moins de budget, les scènes sont produites à la chaîne. Les consommateurs, qui payaient avant pour avoir accès aux vidéos, les voient désormais gratuitement sur internet. C'est très difficile pour ces sites d'être rentables."

Exploitation de la misère

Le marché se déplace. "La nouvelle porn valley se situe désormais à Budapest, nouvelle capitale du porno low cost. La main d'œuvre y est très peu chère."

Marie Maurisse constate l'émergence d'un nouveau modèle, celui des cams girls. "Basées en Roumanie ou en Colombie, il existe des "fermes à filles", où des actrices et des amatrices louent très cher une chambre dans lesquelles elles proposent des shows sexuels privés via webcam. Ce business est né de l'échec des acteurs traditionnels du X. C'est une autre manière très rentable de faire du porno, qui plus est non piratable."

Marie Maurisse est l'invitée de Jacques Monin dans Secrets d'info, en duplex depuis les studios de la RTS à Lausanne. 

Aller plus loin

Planète Porn, une enquête de Marie Maurisse (éditions Stock)

Porn Valley, une plongée au cœur de l'industrie en déclin du porno californien, par Laureen Ortiz (éditions Premier Parallèle)

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.