A partir du 20 mai 2019, tous les fabricants de cigarettes ont l'obligation de renforcer la traçabilité de leurs paquets en Europe. Le journaliste Octave Bonnaud a enquêté sur le lobbying que mènent les cigarettiers, notamment Philip Morris, autour de ce marché lucratif de lutte contre la contrebande.

Tabac : guerre de lobbying sur la traçabilité
Tabac : guerre de lobbying sur la traçabilité © Getty / BSIP/UIG

"C'est un système qui doit permettre aux douaniers de contrôler les cargaisons de cigarettes, et voir si les impôts sur ces cigarettes ont bien été payés." Invité de Jacques Monin dans Secrets d'info, le journaliste Octave Bonnaud a enquêté pour La Lettre A sur la guerre d'influence des fabricants de cigarettes, et plus particulièrement Philip Morris, à l'approche de la mise en place d'un système européen de traçabilité des cigarettes. En quoi consiste ce nouveau système ? Quels sont les enjeux ?

Lutte contre le marché noir

A compter du 20 mai 2019, en application de la directive européenne de lutte contre la contrebande de tabac, un "dispositif de sûreté et de traçabilité des produits du tabac" est mis en œuvre. Il s'agit de mieux faire la différence entre celles qui sont légales et celles qui servent de contrebande. "Cela permet de limiter le marché noir des cigarettes, confirme Octave Bonnaud. Ces cigarettes proviennent notamment des usines des cigarettiers mais peuvent se retrouver vendues à la sauvette."

Ce marché parallèle perdurent-il avec la complicité des fabricants ? "Au début des années 2000, une enquête de journalistes a montré que les cigarettiers a minima fermaient les yeux sur ce marché, voire essayaient d'en tirer profit" raconte Octave Bonnaud. 

Aujourd'hui, le ton a changé : les cigarettiers plaident eux-même pour un système de traçabilité pour lutter contre la contrebande. "Les cigarettiers, Philip Morris en tête, ont signé un accord financier avec la Commission européenne, qui prévoit que les fabricants s'investissent dans la lutte contre la contrebande de cigarettes issues de leurs propres usines, et mettent en place un système de traçabilité."

Vignette et code d'identification

Comment fonctionne ce nouveau système de traçabilité mis en place le 20 mai 2019 ? "Les cigarettiers doivent choisir des prestataires qui vont stocker leurs données, mettre des vignettes sur les paquets pour montrer que les cigarettes d'origine n'ont pas été changées, détaille Octave Bonnaud. Et surtout, ils doivent apposer un code d'identification. Tout paquet de cigarettes devra être traçable, de sa fabrication à sa vente."

Le journaliste a pu observer une véritable lutte entre différentes sociétés pour obtenir ce nouveau marché de la traçabilité, très rentable ("de 1 à 3 euros tous les 1 000 paquets de cigarettes"). Philip Morris, qui a développé son propre système de traçabilité via la société Inexto, a tout fait pour l'imposer et le généraliser à l'ensemble du marché européen. Mais certains pays ont fait de la résistance face au lobbying de Philip Morris. "En France, c'est le groupe Imprimerie nationale qui est chargé de cette traçabilité et de la mise en place des codes d'identification" explique Octave Bonnaud.

Le système d'influence de Philip Morris

Dans ses articles, le journaliste montre également que Philip Morris s'appuie sur trois anciens fonctionnaires français pour exercer son influence : Alain Juillet, l'ancien directeur du renseignement extérieur (DGSE), Dominique Lapprand, un ex-colonel de gendarmerie, et Hervé Pierre, un commissaire divisionnaire. 

Ensemble, ils ont créé l’Association de lutte contre le commerce illicite (ALCCI). Mais ces fonctionnaires sont aussi liés au cigarettier. "Dominique Lapprand est un prestataire et effectue des missions financées par Philip Morris en Suisse, explique Octave Bonnaud, qui consistent à distribuer de l'argent à des think tanks et des ONG."

D'autres exemples confirment la volonté d'influence du cigarettier en Europe. "Des séminaires sont organisés en partenariat avec la presse, qui réunissent à la même table des experts policiers, des douaniers, des membres de Philip Morris, qui prennent des positions importantes et font passer des messages. Leur but, c'est de montrer que les cigarettiers se préoccupent de la lutte contre la contrebande, et que leurs solutions sont les meilleures et les moins coûteuses."

Pour aller plus loin

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.