Christophe Brusset, ingénieur de formation, acheteur durant 20 ans pour des grands groupes de l’agro-alimentaire français et étrangers , dénonce dans un livre réquisitoireles dérives de cette industrie . Verdict : les consommateurs se font arnaque r.

D’abord un chiffre : dans les années 60, le panier de la ménagère représentait 30% du revenu familial. Aujourd’hui seulement 15%.....On dépense donc moins pour manger

Résultat, les industries utilisent tous les subterfuges pourréduire leurs marges : l’abus des additifs comme le sirop de fructose, dont il a été démontré scientifiquement qu’il a une responsabilité dans l’épidémie mondiale d’obésité mais aussi de diabète de type 2. L’ajout abusif d’eau pour gonfler le poids des produits– comme dans certains fromages, jambon ou filets de poisson où elle représente parfois les ¾ du produit fini ! –La baisse de qualité n’est pas le seul moyen de réduire les prix, on peut aussibaisser le grammage – des contenus réduits dans les pots de yaourts - ourecycler des produits périmés ou des préparations ratées . Et on se retrouve dans nos assiettes avec des glaces parfumées aux déchets de gousse de vanille, dumiel au sirop de sucre , des escargots de Bourgogne fabriqués en Turquie des oignons transformés en échalote….

Et malgré tous les scandales alimentaires qui s’accumulent (les lasagnes à la viande de cheval), l’industrie agroalimentaire ne semble pas prête à changer ses méthodes. Son seul but : gagner toujours plus d’argent.

Un consommateur déguste des lasagnes surgelées
Un consommateur déguste des lasagnes surgelées © Jean-François Frey/MaxPPP / Jean-François Frey/MaxPPP
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.