Que contient donc la mallette nucléaire, cette petite valise noire que porte l’aide de camp qui accompagne partout le président de la République ? Comment, à chaque passation du pouvoir présidentiel, s’effectue le rituel le plus secret de la Ve République, la transmission des codes d’engagement de l’arme nucléaire ? A quoi ressemble le centre de commandement basé sous l’Elysée ? Quel est le coût financier de l'armement atomique français ? Comment a évolué la stratégie de dissuasion nucléaire entre hier et aujourd’hui ?

Le livre très documenté de Bruno Tertrais, maître de recherche à laFondation pour la Recherche Stratégique , et Jean Guisnel, journaliste au Point, nous apporte quelques précieuses réponses, et nous fait ainsi pénétrer au cœur du pouvoir là où la responsabilité du feu nucléaire façonne la politique française à l’intérieur comme à l’international.

A propos des rapports particuliers que les présidents de la République française entretiennent avec l’arme nucléaire :

Dans le domaine nucléaire on trouve des rites, du sacré presque de la religiosité. Il y a d’abord la cathédrale : le PC « Jupiter » sous l’Elysée ; puis l’onction : la manière dont le président va recevoir le fameux code nucléaire. On est vraiment dans une dimension très particulière loin de l’actualité permanente et de la gestion des petites affaires du quotidien.

LePC Jupiter ou centre de commandement :

Un lieu tout petit, vieux et pas très moderne. On est loin des séries américaines du type "24h Chrono" ou "A la Maison Blanche" ! Heureusement, il a été totalement rénové en 2015. Un lieu, comme disent les conseillers militaires du président, de silence et de sérénité.

L’évolution de la stratégie de dissuasion :

On est passé d’une stratégie, qu’on appelait, à l’époque de la guerre froide, « anti-population » ou « anti-cité » ; à une logique complètement différente où la menace vise le cœur du pouvoir, les centres de décision de l’adversaire et non plus directement les populations.

Le nombre d’armes nucléaires en France :

Moins de 300 armes au total. On ne connaît pas le chiffre précis. Les 4/5ème d’entre elles sont affectées aux sous-marins et 1/5ème aux avions .

Le coût du dispositif :

Environ trois milliards € par an. Mais il va bientôt falloir renouveler nos sous-marins nucléaires. Et le budget de la dissuasion nucléaire va atteindre vers 2025 un pic de six milliards € par an. Cela dépendra aussi de la situation internationale des prochaines décennies .

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.