Concurrence avec les petits commerces, optimisation fiscale, Black Friday... Amazon est au cœur de la polémique et tente de se défendre. Le journaliste Benoît Berthelot, qui a enquêté sur le géant du commerce en ligne, analyse les arguments du groupe.

Amazon veut être "au service du petit commerce pour se digitaliser" et affirme héberger "11 000" PME françaises. Qu'en est-il vraiment ?
Amazon veut être "au service du petit commerce pour se digitaliser" et affirme héberger "11 000" PME françaises. Qu'en est-il vraiment ? © AFP / DENIS CHARLET

À l'approche de Noël, le géant américain du commerce en ligne Amazon fait l'objet de nombreuses polémiques. Les tribunes et les pétitions se succèdent pour demander sinon le boycott de la plateforme, du moins l'instauration d'une une "taxe exceptionnelle sur le chiffre d’affaires". Amazon a annoncé de son côté reporter d'une semaine l'opération promotionnelle Black Friday.

Le journaliste Benoît Berthelot est l'auteur du livre Le monde selon Amazon, paru en 2019 aux éditions du Cherche midi, et réédité en janvier 2021 chez J'ai lu. Il est l'invité de Secrets d'info pour décrypter les arguments d'Amazon.

55 % de vendeurs chinois sur Amazon

Au micro de Léa Salamé, mercredi 18 novembre 2020, le patron d'Amazon France, Frédéric Duval indique qu'Amazon veut être "au service du petit commerce pour se digitaliser" et affirme héberger "11 000" PME françaises.

Pour Benoît Berthelot, ce chiffre que met en avant Amazon est totalement opaque : "On ne peut pas le vérifier, mais je note qu'Amazon donne ce chiffre depuis de nombreuses années, comme si ça ne bougeait pas. Je trouve ça assez étrange." D'après le journaliste, le plus gros des ventes faites sur Amazon.fr est réalisé par des entreprises étrangères et notamment chinoises. "On a analysé dans Capital les 400 produits les plus vendus sur Amazon dans le textile, la high tech, les jouets et les équipements de la maison : 55 % sont proposés par des vendeurs chinois, basés dans la région de Shenzhen. Amazon est allé chercher ces vendeurs-là pour avoir des produits à bas coût et une offre pléthorique."

Des milliards d'euros de fraude à la TVA

D'après un rapport du ministère de l'économie et des finances, on estime que près de 98 % de ces vendeurs chinois ne payent pas la TVA lorsqu'ils vendent sur Amazon. "En tant que plateforme de e-commerce, Amazon se dédouane du paiement de la TVA, et demande aux entreprises qui vendent sur son site de s'enregistrer en France et de payer la TVA, explique Benoît Berthelot. Mais pour les vendeurs chinois, cela leur semble très compliqué, ou bien ils ne prennent pas la peine de le faire. C'est ça, finalement, la plus grande fraude fiscale qui a eu lieu avec Amazon. Ce sont des milliards d'euros de TVA qui ne rentrent pas dans les caisses de l’État depuis des années. C'est aussi un avantage comparatif injuste puisque avec 20 % de TVA en moins, ces vendeurs chinois ont des produits moins chers en comparaison avec le reste du commerce."

Le chiffre de 98 % de vendeurs chinois ne payant pas la TVA est minimisé Frédéric Duval, qui indique "travailler avec Bercy". Pour Benoît Berhelot, "ce chiffre a peut-être un peu baissé à mesure que Amazon se met en conformité, mais il est certain qu'il y a de la fraude à la TVA". Une loi, qui sera discutée en 2021, prévoit de rendre les plateformes responsables du paiement de la TVA. 

Pantouflage

Au sein d'Amazon France, une personnalité connaît bien les rouages de Bercy. Une aubaine pour faciliter les discussions entre la plateforme et le ministère ? "Chez Amazon, on retrouve depuis deux ans Yohann Bénard, un énarque, qui a été membre du cabinet de François Fillon lorsqu'il était Premier ministre, puis de celui de Christine Lagarde quand elle était à Bercy, raconte Benoît Berthelot. Il est ensuite passé dans le privé, par Nokia, puis il est retourné dans le public, au Conseil d’État. Il est maintenant chef de la stratégie d'Amazon, et spécialiste des questions fiscales. Comme beaucoup de grandes entreprises, Amazon s'arme de hauts fonctionnaires. La ligne de communication est directe entre Amazon et le gouvernement."

"Amazon additionne toutes les taxes qu'il paye"

Pour contrer ceux qui affirment qu'Amazon ne paierait pas suffisamment d'impôts en France, Frédéric Duval, son directeur général France, avance le chiffre 420 millions d'euros déboursés par le géant. "C'est très subtil puisqu'il n'utilise pas le mot d'impôt, mais parle de taxations diverses et variées, remarque Benoît Berthelot. En fait, Amazon additionne toutes les taxes qu'il paye : les charges patronales, les cotisations sociales, un peu d'impôt sur le revenu, mais aussi la TVA qui, elle, est payée par les clients. C'est assez audacieux comme communication. Amazon ne veut pas donner le chiffre précis de son impôt sur le revenu. C'est très compliqué de savoir combien il devrait payer, mais c'est très peu au regard des 5,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires qu'il déclare."

Aller plus loin

  • LIVRE | Le monde selon Amazon, un livre de Benoît Berthelot, paru en 2019 aux éditions du Cherche midi, réédité en format poche en janvier 2021 aux éditions J'ai lu.
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.