Alors qu'à ses débuts, internet est apparu comme un outil de liberté et de partage, le terrorisme révèle aujourd'hui que ces valeurs peuvent être détournées.

La propagande est diffusée via les réseaux sociaux tandis que le terroristes utilisent les outils de cryptage pour favoriser leur clandestinité.

Benoit Thieulin
Benoit Thieulin © Radio France / Anne Brunel/RF

Invité de"Secrets d'info",Benoît Thieulin éclaire ce paradoxe.

Parce que l'internet est un réseau décentralisé et mondialement distribué, la régulation et le contrôle des informations qui y circulent est particulièrement difficile :

Ce n'est pas parce que vous fermez un site internet que le contenu qui était sur ce site ne va pas rejaillir sur un autre site. C'est sans fin. S'imaginer qu'on arriverait à à fermer internet et à le rendre totalement étanche est totalement illusoire.

Il précise :

Il y a quand-même des moyens, il ne faut pas imaginer qu'on ne peut rien faire. Sont-ils opérationnels aujourd'hui? Pas suffisament.

Dans ces conditions:

Il faut mettre en place des sytèmes qui permettent de détecter automatiquement lorsqu'une vidéo a été signalée. Mais ça veut dire qu'en amont, la communauté des gens qui sont sur ces réseaux sociaux aide aussi.

Depuis un an, certains réseaux sociaux ont pris des mesures, ce qui a conduit les djihadistes à changer leurs méthodes.

En compagnie de Matthieu Aron, Anne Brunel et Margaux Duquesne.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.