Le juge Marc Trévidic quitte l’instruction anti-terroriste. La loi ne lui permet pas de rester à ce poste plus de dix ans.

Sur France Inter, il regrette de devoir partir alors que la menace n’a jamais été aussi élevée : «Au moment où le bateau coule ».

Dans cette dernière interview, accordée en tant que magistrat en charge de la lutte contre le terrorisme, Marc Trévidic dénonce les difficultés à investiguer sur les circuits internationaux du financement du terrorisme : « On ne peut pas enquêter sur les princes saoudiens », dit-il, regrettant le manque de coopération internationale. Le magistrat s’est une nouvelle fois élevé contre les faibles moyens accordés aux personnels judiciaires, alors que le renseignement a bénéficié d’un plus grand soutien de l’Etat.

Les références
L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.