Christiane Taubira appelle à voter Emmanuel Macron face au risque d'une "société française plus divisée, plus meurtrie". L'ancienne Garde des Sceaux est l'invitée d'Ali Baddou.

Christiane Taubira, femme politique française, ex-garde des Sceaux et ministre de la Justice entre 2012 et 2016.
Christiane Taubira, femme politique française, ex-garde des Sceaux et ministre de la Justice entre 2012 et 2016. © Maxppp / Matthieu Botte

L'ancienne Garde des Sceaux est loin d'être soulagée par la fin de cette campagne présidentielle :

J'ai déjà eu la main dans le cambouis, je sais bien que, peut-être, le plus dur reste à faire

Christiane Taubira ira voter, le 7 mai chez elle à Cayenne en Guyane, pour Emmanuel Macron : "J'y vais sans réticence", car "le débat de mercredi a montré de façon caricaturale à quel point l'enjeu est évident".

L'enjeu est au-delà de monsieur Macron. Le deuxième tour n'est pas un tour d'adhésion, mais de choix raisonnable

"C'est nous face à nous-même, cette fois-ci : qu'est-ce que nous interdisons que soit franchie comme ligne, qui nous défigure?"

"Je n'ai pas besoin d'enthousiasme" poursuit Christiane Taubira à propos de ce vote, qui explique pourtant qu'elle "ne partage ni la vision ni le projet d'Emmanuel Macron", car pour l'ex-Garde des Sceaux, "Madame Le Pen , avec ses obsessions tribales [...] ne conçoit pas la nation civique".

Je me vante de n'avoir jamais participé à la réhabilition du FN, j'ai toujours refusé de commenter des inepties ou des outrances

Les invités
  • Christiane TaubiraAncienne garde des Sceaux, ministre de la Justice dans les gouvernements de Jean-Marc Ayrault I et II, puis de Manuel Valls I et II
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.